Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 novembre 2012

La nuit tombée

 

 

...Je me souviens du premier jour, continue Iakov comme si Gouri n’avait rien dit. On nous a emmenés dans un champ vers ces coins-là, prés du village de Tchestoganivka. On était une douzaine, peut-être un peu plus. Le chef a expliqué ce qu’on avait à faire. Il a dit, et je te jure que c’est exactement ce qu’il a dit : les gars, on va enterrer ce champ. On l’a regardé sans comprendre, et il a répété les mêmes mots. Enterrer le champ. Alors ce qu’il faut faire, a fini par demander l’un d’entre nous, c’est ne plus ni moins qu’enterrer la terre. Et le chef a dit que c’était exactement çà. Enterrer la terre. Autrement dit, enlever la couche supérieure du champ et l’enfouir profondément. Et après, répandre partout, à la place du sable de dolomie, un truc d’un blanc  tel que tu te serais cru sur la lune...

 

Antoine Choplin La nuit tombée

Edition La Fosse aux Ours. Aout 2012

Je ne connais pas Pierre-Jean Balzan. Depuis plus de 10 ans les livres admirables de Mario Rigoni Stern et d'Antoine Choplin sont passés entre mes mains puis ceux de Philippe Fusaro, de Fabienne Swiatly.

Je ne sais si Monsieur Balzan a un flair d'ours mais  nous pouvons nous enorgueillir d'avoir à Lyon un éditeur capital .


14:24 Écrit par Paola Pigani dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre-jean balzan, fosse aux ours, antoine choplin

Les commentaires sont fermés.