Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 janvier 2020

Prochaine rencontre à saint Cyr au Mont d'or

 

festi'mots,franck bouysse,valentine goby,antoine choplin,cécile coulon,alexis monniot,yannick chambre,natalia tolstaia milstein,serguei jr milstein,xavier llamas,paola pigani

Festimots

festival de lecture à voix haute

samedi 25 janvier à saint Cyr au Mont d'Or

 

Programme de la journée

11h

Présentation des auteurs par Danielle Maurel, journaliste littéraire.

Salle des Vieilles Tours

À partir de 14h les lectures sont d’une durée de 40 min, exceptée celle de Valentine Goby qui dure 1h15.

Ouverture des salles 15 min avant. Fermeture des portes à l’heure précise.

14h

Lecture de « Murène » par Valentine
Goby 

Accompagnée par Xavier Llamas (guitare, percussions, idiophones)

Salle des Vieilles Tours


15h15

Dédicace et rencontre avec Valentine Goby

Salle des Vieilles Tours

15h45

Lecture de « Né d’aucune femme » par Franck Bouysse et Monique Milliot

Accompagnés par Alexis Monniot au violon et par Alexandre Blanc au piano

Salle des Vieilles Tours

16h45

Lecture de « Des orties et des hommes » par Paola Pigani et Monique Milliot

Accompagnées par Alexis Monniot au violon et par Alexandre Blanc au piano

Ecole maternelle du bourg

16h45

Lecture de « Partiellement nuageux » par Antoine Choplin et Christine Brotons

Accompagnés au violon par Natalia Tolstaia Milstein et Serguei Jr Milstein

Salle des Vieilles Tours

17h45

Lecture de « Une bête au paradis » par Cécile Coulon et Marie Bunel

Accompagnées par Yannick Chambre à l’accordéon

Salle des Vieilles Tours

à partir de

18h30

Dédicaces et rencontre avec les auteurs autour d’un verre

Salle des Vieilles Tours

Un repas partagé avec l’équipe du festival et les auteurs est proposé à partir de 12h, salle de
la Source (10€).

Un espace buvette, avec petite restauration, est proposé également à partir de 13h30 sur le
parking des Vieilles Tours.


 

19 janvier 2020

La Renouée aux oiseaux sur terre à ciel

Renouéebis.jpg

Merci à Valérie Canat de Chizy pour cet article qui vient de paraître sur le blog Terre à ciel:

https://www.terreaciel.net/Lus-et-approuves-janvier-2020-...

06:18 Écrit par Paola Pigani dans Des livres, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : valérie canat de chizy, terre à ciel | |

18 janvier 2020

Violence

 

 

Goin, Walter Bbenjamin

 

Si la police peut paraître partout semblable jusque dans les détails, il ne faut pas finalement se méprendre : son esprit est moins dévastateur dans la monarchie absolue, où elle représente la violence d’un souverain qui réunit en lui l’omnipotence législative et exécutive, que dans les démocraties, où son existence, soutenue par aucune relation de ce type, témoigne de la plus grande dégénérescence possible de la violence. 

 

Walter Benjamin  . Critique de la violence. 

16:44 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : goin, walter benjamin | |

17 janvier 2020

Le grand luisant des eaux

jour de pluie.jpg

 

 

C’était, parmi le grand luisant des eaux, une de ces journées au ras du sol qui sur toute la ville avait fait son étendue de chuchotements mouillés et de chevaux au pas dans la pluie.

                            René Leynaud 

17:58 Écrit par Paola Pigani dans Lyon perle de soie grise, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rené leynaud | |

16 janvier 2020

La neige d'un autre âge

neige.jpg

 

 

la neige d'un autre âge

qui tombe sur mes pas

arrange un mariage

où le jour seul viendra

 

 

 

Joë Bousquet

10:34 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joë bousquet, quatrains | |

14 janvier 2020

Et nous encore vivants

la grande casse.jpg

la grande casse 2.jpg

la grande casse 3.jpg

la grande casse 4.jpg

12 janvier 2020

Sans titre

grue de novembre 2019.jpg

Si tu ne lèves pas les yeux, tu croiras

que tu es le point le plus haut.

 

Antonio Porchia

18:07 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : antonio porchia, voix éparses éditions éres | |

07 janvier 2020

Chambre boisée

hiver de Michel Laplace.png©m.laplace 

 

 

L’hiver, le soir :
                           alors, parfois, l’espace
ressemble à une chambre boisée
avec des rideaux de plus en plus sombres
où s’usent les derniers reflets du feu,
puis la neige s’allume contre le mur,
telle une lampe froide.

Où serait-ce déjà la lune qui, en s’élevant,
se lave de toute poussière
et de la buée de nos bouches ?

Philippe Jaccottet / A la lumière d’hiver

 

 

Merci Michel

05:13 Écrit par Paola Pigani dans Cadeaux de lectrices et lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philippe jaccottet | |

06 janvier 2020

Partir revenir

 

orties pas de porte.jpg

 

 

L'hiver pourvu qu'on le cultive
Est aussi arable que le printemps. 
...
 



Émily Dickinson

 

06:33 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint front | |

04 janvier 2020

Croire aux fauves

 

 

Je suis de nouveau seule dans la chambre, j'ai mal. J'ai vomi du sang il y a quelques heures.Je suis sans conteste à 9,9 sur l'échelle et ça se voit, la morphine me sauve de la prostration. Les lumières principales s'éteignent, une douce chaleur court sous mon épiderme alors que la douleur s'apaise, je m'installe confortablement. J'ouvre mon cahier noir, je griffonne jusuq'au lever du jour. Cette nuit- là, j'écris qu'il faut croire aux fauves, à leurs silences, à leur retenue; croire au qui-vive, aux murs blancs et nus, aux draps jaunes de cette chambre d'hopital; croire au retrait qui travaille le corps et l'âme dans un non- lieu qui a pour lui sa neutralité et son indifférence, sa transversalité. L'informe s précise, se dessine, se redéfinit tranquillement, brutalement. Désinnerver réinnerver mélanger fusionner greffer. Mon corps aprés l'ours aprés ses griffes, mon corps dans le sang et sans la mort, mon corps en forme de monde ouvert où se rencontrent des êtres multiples, mon corps qui se répare avec eux, sans eux; mon corps est une révolution.

Nastassja Martin

Croire aux fauves, Editions Verticales