Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 janvier 2019

Son voyage nocturne

 

 

 

" En mars dernier , j'ai assisté à la crémation de Gabriel au cimetière du Père- Lachaise. Je me suis tenue aux côtés de Marc. Diego était là aussi, vêtu d'un costume sombre qu'il n'a pas du porter souvent.En sortant du funérarium, Marc a dit: " Voilà, je suis orphelin maintenant."Sa peine était immense, mais sa solitude remontait à plus loin que ce jour.

J'ai pensé à la dernière leçon de Jonn.Celle qui portait sur la mort. Pour les Egyptiens, avait-il expliqué,il existait quatre formes de survie. Si le défunt était accompagné de rites efficaces, il pouvait se manifester à travers son , son essence, représenté par un petit oiseau émanant de sa momie, remonter le long du puits funéraire pour s'en aller  voleter dans sa tombe et jouir du monde idéal que les peintres y avaient representé. La deuxième forme de survie était souterraine, aux côtés du dieu Osiris, dans un royaume qui ressemblait à la campagne nilotique, mais une campagne transfigurée où l'on pouvait pêcher des milliers de poissons et chasser des milliers d'oiseaux. La troisième, la plus glorieuse, était solaire. Identifié à l'astre, le défunt traversait dans sa barque le monde des morts pour renaître un jour. Mais , avait ajouté Jonn, il existait une quatrième forme de survie, sur laquelle les textes se montraient peu explicites. La survie au sein de la mère. Elle apparaît parfois sur des sarcophages où figure Nout, la déesse du ciel, dont le corps arqué est accompagné de cette phrase: Ta mère est au-dessus de toi.

(...) parfois, il m'arrive de repenser à cette histoire que m'a racontée Gabriel. La montagne des morts. Les quatre momies, les parents et les enfants, couchés côte à côte dans un creux de la roche. L'envie qu'il a eue de tendre la main.

Peut-être, me dis-je, la vie paraîtrait -elle moins absurde, moins effrayante si nous l'envisagions ainsi. Non comme une petite case temporelle attribuée à chacun, contre les cloisons de laquelle on se heurte pour tenter de trouver un sens si ce n'est une issue. Mais comme une longue chaîne. Ou plutôt un même fil sur lequel, depuis la profondeur des âges, tels des funambules fragiles et obstinés, les uns aprés les autres, nous nous efforçons de tenir debout.

Gabriel a mené sa vie. Moi je mène la mienne. A la lisière entre deux mondes. Celui où le soleil accomplit sa course dans le ciel, dont je goûte la lumière; et celui de son voyage nocturne, dont j'apprivoise la pénombre.

En équilibre."

 

Aline Kiner La vie sur le fil , éditions Liana Levi

 

 

 

 

 

Hier soir , j'ai appris la mort d'Aline Kiner et j'ai relu dans la nuit  La vie sur le fil. Pour la retrouver vivante,  à travers son écriture , ne pas consentir à sa disparition. La dernière fois que j'ai pu partager un verre avec elle , c'était en novembre 2017 juste avant la présentation de son trés beau roman  La nuit des béguines  dans une librairie de Lyon où  elle a laissé le souvenir d'une si belle rencontre  . Elle était une femme et une romancière magnifique. Je partage la tristesse de ses proches et de celles qui l'ont accompagnée chez Liana Levi, notre éditrice.

 

 

 

                                                         Résultat de recherche d'images pour "aline kiner" 

 

                                                            ©sophiebassouls

 

 

05 novembre 2018

Prochaine rencontre à saint Fons

 

 

 

 

 

 

Venus d’ailleurs

Pao par Tanguy

 

Rencontre avec l’écrivaine lyonnaisePaola Pigani, qui a grandi dans une famille d’origine italienne.

Son deuxième roman, Venus d’ailleurs, retrace l’arrivée de Mirko et de sa sœur Simona à Lyon, après leur fuite du Kosovo en guerre. Partageant la même histoire, leur désir de France n’est pourtant pas tout à fait le même.

+ Lecture musicale par des habitants de Saint-Fons
+ Verkamikos, trio de musique des Balkans (accordéon, clarinette, violon)
+ Vente-signature, avec la librairie Rive Gauche

> dans le cadre de « Parcours migratoire, à la rencontre de l’autre », un projet des centres sociaux Arc-en-Ciel, avec la participation des ateliers sociolinguistiques.

«La grâce d’une écrivaine qui chante l’exil dans une langue sublime.»  (L’Express)

Logo centressociaux

 

 

 

 

 

04 avril 2017

Prochaines rencontres en Finlande

 

editions liana levi,editions aviador,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures

 

 

 

A l’occasion de la Journée internationale des Roms  samedi 8 avril et de la sortie de  N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures traduit en Finnois,

Les éditions Aviador en la personne de Vesa Tompuri, l’institut Français de Finlande et le centre culturel d’Helsinki m’invitent à présenter mon roman,les 7 et 8 avril.

 

 

 

 

INSTITUT FRANÇAIS DE FINLANDE

Yrjönkatu 36 00100 Helsinki 

 

15 septembre 2015

Prochaines rencontres

 

 

 

Vous pouvez me rejoindre pour la présentation de mon nouveau roman  "Venus d'ailleurs":

  • les 12 et 13 septembre au Livre sur la place à Nancy,
  • le 15 septembre à la librairie Passages à Lyon,
  • le 17 septembre à la librairie Lucioles à Vienne avec Brigitte Giraud et Hakan Günday,
  • les 26 et 27 à la Fête du livre du Var à Toulon,
  • le 2 octobre à la librairie du Cours à Lyon,
  • les 10 et 11 octobre à Lire en poche à Gradignan.

20:30 Écrit par Paola Pigani dans Agenda, Des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : venus d'ailleurs, paola pigani, editions liana levi | |

21 septembre 2014

Prix Cinelect 2

Prix Cinelect