Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 octobre 2019

Just a dream

14:01 Écrit par Paola Pigani dans Des films, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kusturica, iggy pop, arizona dream | |

24 septembre 2019

L'homme sur le fil

 

 

 

 

 

  La voix du poète auteur-compositeur  Jean- louis Bergère  connait la pierre, le bois, qui  prend racine sous le vent ( Le causse Méjean ),  ne craint pas les très-fonds du corps ni l'envol, remonte de la nuit, de la rivière, d'un puits d'algues vertes ( Ce qui demeure ) , enlace la voix sœur d'Evelyne Chauveau,   pour chanter la tendresse inquiète d'un  entre-deux  monde où un  adolescent  abandonne  les mots des blessures sur la route de la fuite ( L'aurore) , où  l'amour se perd pour mieux revenir sous le poids de ton corps ( Tout le poids) , où  deux peintres russes  espèrent un galop de feu dans un autre siècle, où nous nageons nus dans l'ossement en mémoire de Léonard Cohen ( L'homme qui  chante). Une voix de poète qui appelle à renaître au bord du vide et danser pour l'éternité ( Un autre jour)

 Laissons venir

Laissons aller

Laissons-nous croire

Que nous saurons passer

Sur l'autre rive

De l'autre côté

(Laissons venir)

Une   poésie infatigable  traverse de long en large   cet inoubliable  album  Ce qui demeure où roulent des eaux  musicales sombres et des   lumières de ciel,  des solos de guitare vertigineux, une fondue électro-acoustique qui laisse  passer la magie d'un  violoncelle et des percussions, la puissance charnelle des voix.  

Courez rejoindre l'homme  sur le fil  , Bird on the wire  , du même peuplement que  Gérard Manset, Môrice Benin, Jacques Bertin , Dominique A...

 Album  Ce qui demeure 12  titres

Ecrit et composé par Jean Louis Bergère

Arrangements groupe

Jean Louis Bergère / voix, guitares acoustiques
Blaise Desol / guitares électriques, ebow
Hervé Moquet / basses, space echo, korg ms 10
Evelyne Chauveau / choeurs, roland juno-1
Franck Durand / batterie, percussions
Jean Baptiste Noujaim / violoncelle


Production / Catapulte en co-production avec Pour Ma pomme

https://jeanlouisbergere.bandcamp.com/music

 

 

06:04 Écrit par Paola Pigani dans Musique, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean-louis bergère, ce qui demeure | |

22 septembre 2019

Partance

06:02 Écrit par Paola Pigani dans Musique, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : olafur arnalds, fok | |

09 septembre 2019

Le palais des autres jours

16:48 Écrit par Paola Pigani dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le vent nous pourtera, noir désir, sophie hunger | |

22 août 2019

A qui n'a pas aimé

18:12 Écrit par Paola Pigani dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manset, vallée de la paix | |

16 août 2019

Partir revenir

 

 

 

 

 

Entre les doigts le sable nous a filé
On a eu beau fermer les poings, rien n'y a fait
Nous laissant sur la grève quand la mer s'est retirée
 
Une prochaine vague viendra peut-être je l'attends
Je la voudrais puissante qu'elle m'emporte inexorablement
 
Marco Riscosso
 
 

11:22 Écrit par Paola Pigani dans Musique, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : max richter, marco riscosso | |

11 août 2019

Dehors

23:13 Écrit par Paola Pigani dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bashung | |

18 juillet 2019

Quand je veux me laver les yeux

J'écoute de nouveau Graeme Allwright qui m'a fait découvrir Cohen  et je pleure ...jusqu'à devenir une flaque 

 

 

 

 

22:33 Écrit par Paola Pigani dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graeme allwright, leonard cohen | |

12 juillet 2019

Cadeau

 

Hier soir Vinicio Capossela nous a embarqués dans un  vaisseau- fantôme entre les murs de l'opéra de Lyon  , avec ses sirènes, ses ours, ses chapeaux fous   pour un  merveilleux voyage au bois de la nuit ( a-il dit en citant Céline dans son français de saltimbanque).

 

Cette interprétation de l'Estate est magnifique à égalité avec celles de Nougaro et de Chet Baker dont je ne me lasse pas.

12:33 Écrit par Paola Pigani dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vinicio capossella | |

06 juillet 2019

Premier été sans elle

 

 

 

 

 

 

 

premier été sans elle 

à chaque anniversaire je souffle

sur n'importe quoi

juste pour sentir l'air sortir de ma bouche

et dire

Mama

le premier mot prononcé peut-être

la goutte de lait perdue au coin des lèvres sur le menton dans le cou

c'est long parfois le chemin d'une goutte d'une seule

premier été sans elle

mes tympans se dilatent pourtant

absorbent aspirent

de plus en plus prompts à boire les sons ,

les mouvements sonores des oiseaux que j'ignorais presque jusque là

à part les corvidés

peut-être ne suis-je plus un corps vidé

je m'emplis d'hirondelles de flamands , de merles

je ne marche plus que dans les rues sans moteur

les yeux au ciel

et voici qu'ils m'arrivent dessus

les oiseaux de l'été

entrent par une oreille

sortent par l'autre

moi qui me croyais déficiente auditive

je deviens la tangeante, la traversante

la renouée aux oiseaux