Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 juillet 2022

Prochaine rencontre à Noirmoutier

 

 

Joie d'avoir été choisie par  Gaëlle JOSSE pour le prochain  duo de l'été  proposé par la librairie Trait d'union.

Jeudi 7 juillet à partir de 18h00 

https://librairietraitdunion.fr/storage/2022/07/Gae%CC%88...

 

 

Librairie-Café
Trait d’Union

1 bis, rue du Grand Four
(juste derrière le château)
85 330 Noirmoutier

Tél : 02 51 35 59 22

 

 

 

 

24 juin 2022

Prochaine rencontre à Saint Maur les Fossés

Rssmep2022_fb820x312-new-2-980x373.jpg

 

 

Ravie de participer au Salon Saint Maur en poche  les 25 et 26 juin. 
avec la librairie La griffe noire.
Samedi  17h 
Rencontre  avec Laurent Petitmangin  .
Il sera question du roman social
avec Ce qu'il faut de nuit et Ils dansaient le dimanche



( animée par Jacqueline Petroz )

19 mai 2022

Prochaines rencontres à Caen

 

 

 

Epoque, festival et salon du livre - Caen

 

 

Samedi 22 mai

 

17h30 Débat


Les mondes tsiganes


Avec Paola Pigani (N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, Liana
Levi) et Adèle Sutre (Mondes tsiganes. Une histoire photographique,
1860-1980, Musée national de l’histoire de l’immigration/Actes Sud ;
Géopolitique des tsiganes, Le Cavalier bleu)
Animé par Marylène Carre, journaliste à Grand Format et à la revue
Michel.
« N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures », dit le proverbe : on n’entre pas
impunément chez les Tsiganes, ni dans leur présent ni dans leur mémoire…
Pourtant, suite à une rencontre avec la communauté manouche de Charente,
Paola Pigani a su trouver les mots justes pour faire revivre la parole, la
douleur et la fierté de ces hommes et femmes qui, en 1940, considérés
comme dangereux par décret, furent enfermés dans le camp des Alliés
pour six longues années…
Les photographes de l’ouvrage Mondes tsiganes co-dirigé par Adèle Sutre,
eux, ont plus souvent participé depuis les années 1860 à la réverbération des
clichés envers les Bohémiens, Roms ou gens du voyage, et à la construction
d’une identité présentée comme différente et étrangère.
Durée : 1h15, suivi de dédicaces dans le hall.
L’exposition « Mondes tsiganes » sera visible
au Studio 24 le samedi 21 mai de 10h à 19h
et à l’hôtel de ville le dimanche 22 mai de 10h à 19h.
Studio 24, 24 rue de Bretagne

 

Dimanche 23 mai

 

10h Rencontre


Paola Pigani
Écrivaine (La Renouée aux oiseaux, finaliste du prix Apollinaire découverte, et La Chaise de Van
Gogh, La Boucherie Littéraire, Et ils dansaient le dimanche, Liana Levi).


Animée par Nadine Eghels, Textes et Voix.
Née en 1963 dans une famille d’immigrés italiens installée en Charente,
venue à l’écriture par la poésie, autrice de quatre romans, tous publiés chez
Liana Levi, Paola Pigani construit une œuvre à multiples facettes, sous le
signe de la générosité.
Avec Et ils dansaient le dimanche, où elle retrace le destin d’un groupe d’ouvrières
immigrées dans la banlieue lyonnaise des années 30, et le recueil de poésie
La Chaise de Van Gogh (éd. La Boucherie littéraire), Paola Pigani évoque une
nouvelle fois avec une force solaire l’exil, l’enfance, la famille et le travail.


Durée : 1h, suivie de dédicaces dans la salle.
Hôtel de ville, salle du réfectoire.

 

17h30 Débat


Vers la fin de l’hospitalité ?
Avec Fabienne Brugère et Guillaume Le
Blanc, philosophes (La Fin de l’hospitalité.
L’Europe, terre d’asile ? Champs Flammarion),
Camille Gourdeau, socio-anthropologue,
chercheure associée à l’URMIS - Université
de Paris, Affiliée à l’IC Migrations (Revue du
MAUSS, n°53, 2019, p.309-321), Nicolas Klotz,
cinéaste (Les Frontières brûlent, De l’incidence
éditeur/Arte éditions) et Paola Pigani,
romancière (Venus d’ailleurs, Liana Levi).
Animé par Arnaud Wassmer.
Deux philosophes, une chercheuse, un cinéaste
auteur de documentaires, une romancière. Cinq
regards croisés sur la question de l’exil, de
l’accueil de migrants à Ouistreham en passant
par la Jungle de Calais jusqu’au centre de
réfugiés caché dans les hangars de l’aéroport de
Tempelhof à Berlin, à Lampedusa, au Kosovo….
Toutes les civilisations anciennes s’accordaient
sur un point : faire de l’étranger un hôte.
Nous sommes en train de faire l’inverse, de
transformer l’hôte en étranger. Jusqu’à quand ?
Avec le témoignage de Shogofa Arwin, Raha
Sepehr et Maryam Yousefi.


Durée : 1h15 suivi de dédicaces dans le hall.
Cité-Théâtre, 28 rue de Bretagne.

18 mai 2022

Prochaine rencontre à Chambery

 

 

 

i35e Festival du premier roman de Chambéry - Du 12 mai 2022 09h00 au 22 mai  2022 19h00

 

et ils dansaient le dimanche, liana levi, festival du premier roman chambery,Danielle Maurel,Centre Hospitalier Spécialisé de Bassens,SOPHIE D'AUBREBY, SEDEF ECER, PAOLA PIGANI ,salariés des industries électriques et gazières, Isabelle Faure-Doudet,

 

Jeudi 19 mai

Cet hiver, les Lecteurs à Voix Haute ont animé des ateliers de lecture au Centre Hospitalier Spécialisé de Bassens autour du dernier roman de Paola Pigani, Et ils dansaient le dimanche (Liana Levi, 2021). La médiathèque et le CHS vous invitent à échanger avec l’autrice.

Rencontre animée par Danielle Maurel, en partenariat avec le Centre Hospitalier Spécialisé de Bassens

 

 Vendredi 20 mai

 

 

Ces trois autrices, par leur écriture caractéristiques, ont donné vie à des personnages de femmes ayant maîtrisé leur destin dans la turbine de l’histoire. Pour ces femmes, le désir d’exister sans entrave, contre toute domination masculine, familiale, religieuse, sociale, ou politique porte le sens de leur vie. Elles allient force et fragilité, individualisme et sens du collectif. Comment y parviennent-elles ? 

Débat animé par Danielle Maurel

 

 

12:30 | ENEDIS
 

Rencontre avec les salariés des industries électriques et gazières.

Rencontre animée par Isabelle Faure-Doudet

En partenariat avec la CMCAS Pays de Savoie et la CCAS – Caisse Centrale des Activités Sociales du personnel des Industries Electrique et Gazière

Rencontre non ouverte au public

 

 

31 mars 2022

Les eaux de Mars

Prix Inner Wheel.jpg

Fleurs Inner Wheel.jpg

voeux.jpg

Ce mois de mars  a filé  sous les eaux:

Rencontres scolaires avec 14 classes ds le Puys de Dôme, l'Allier,l'Ardèche et la Loire ( dans le cadre de la Semaine de la poésie et Jeunes en librairie ) .

 

Au sortir de l'enfance, de nombreux élèves ont une approche émouvante de la poésie. Merci à leurs professeurs pour leur accompagnement  dans ces explorations et leur accueil chaleureux . 

 

Comme une fleur qui fane

au fil des jours

Le lundi est éternel

Comme ta place dans mon cœur

Car la lumière des étoiles mourantes

Nous arrive longtemps après leur mort

 

Apprenons à recourir à l’infini du temps

Illuminons nos vies

Sans faire le décompte

Jusqu’à la mort

 

Apprenons à re-courir au-delà de la planète

Juste pour découvrir

La Terre qui bat lorsque la nuit paraît

                                                                      

Apprenons à recourir

aux ailes des aigles

aux ailes qui battent dans l’infini

                                                          

Apprenons à recourir à la fraternité

Juste pour s’aimer

Commençons par le dire

Commençons par l’écrire

                                   le mot-frère EPHEMERE

 

poesie jeunes 7.jpg

poesie jeunes 6.jpgpoesie jeunes4.jpgpoesie jeunes 5.jpgpoesie jeunes 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

poesie jeunes 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Lecture de La chaise de Van Gogh à saint Sernin par les comédiens Dominique Ladernois et Nadine Mange .

Un  bal littéraire à Villefranche sur Saône avec  Mohammed El Amraoui, Katerina Apostolopoulou, Fabienne Swiatly, Lionel Lerch de la Tribut du Verbe et la DJ Mademoiselle Charby.   

Le prix Inner Wheel remis à Lyon le 8 mars .

Le prix Coup de cœur de La Vague des livres remis le 17 mars à Villefranche sur Saône.

Rencontre dédicace et lecture avec l'Association Dans tous les sens à la librairie Gibert de Vaulx en Velin .

 

 

Un grand merci à celles et ceux qui font vivre la poésie durant le printemps des poètes et hors saison!

 

 

28 janvier 2022

Prochaine rencontre dans la drôme

271811230_10159772309544329_5369890679188017096_n.png

 

 

 

Dans le cadre des cafés littéraires de Montélimar

 



 

30 novembre 2021

Et ils dansaient le samedi

Dans la tase l'endormie.jpg

tase 27 3.jpg

tase 27 2 0211021_100130.jpg

tase 27 11 4.jpg

tase 27 11 1.jpg

tase 27 11 9.jpg

tase 27 115.jpg

©paolapigani

 

 

 
Samedi 27 novembre, la compagnie du Chien jaune a donné de la voix à la mémoire ouvrière de Vaulx en Velin à travers l'usine Tase. Malgré une température de , plus de 200 visiteurs ont répondu présents sur toute la journée pour écouter des extraits de différents livres  et  témoignages  liés à la cité Gillet, chanter l'Internationale et Bella Ciao à pleins poumons , le rouge au cœur , le bleu ( de travail) en tête et danser au son du musette avec l'accordeonniste Gregory Chauchat.
 
Merci aux association Vive la Tase, Dans tous les sens, L'improbable, Silk me Back, Gregory Chauchat.

 

 

Voici un aperçu de la journée :

https://soundcloud.com/user-271442180/journee-theatralise...

 

roman szonja.jpg

 

22 novembre 2021

Rendez-vous à l'usine

image002.jpg

Silk meback.jpeg

 

Bambane à la TASE du 27 novembre 

 

Rendez-vous au 4 Allée du Textile le samedi à 10h ou à 14h pour une visite théâtralisée d'1h30 de l'usine TASE.

L’accès au Passage des Viscosiers sera fléché à la sortie du métro. Vous trouverez aussi dans ce mail un plan qui vous mènera au point de rendez-vous.  

Tout au long de la journée, en plus des visites guidées, nous vous proposons :

·        Un espace débat et lecture avec Paola Pigani

·        Un espace dédié aux livres, affiches et documents disponibles sur l’ensemble Cusset-TASE

·        Un espace vidéo pour découvrir les témoignages des sœurs Bozi et des sœurs Pérez, anciennes ouvrières de l’usine

 

Après la visite de l’après-midi, dès 16 heures, il vous sera proposé de partager avec les organisateurs de la journée un moment convivial avec soupe, vin chaud, fromage et gâteaux.

De plus, il vous sera possible d’assister à une performance de Grégory Chauchat, accordéoniste qui évoquera aux côtés de Paola Pigani les bals musette des années 1930.

Contrairement aux visites guidées, il vous sera demandé une petite participation pour couvrir les frais de la fin de la journée :

 

10€ minimum

20€ en soutien à l’action menée pour donner la parole aux viscosiers.

Le paiement ne peut être réalisé que par chèque ou liquide. 

 

03 novembre 2021

Prochaines rencontres en novembre

 

Samedi 6 et  dimanche 7 novembre

 

http://foiredulivredebrive.net/page_id=3752/index.html

 

Samedi : 15h45

« Histoire de vies », avec Clélia Renucci et Frédéric Ploussard au Forum des Lecteurs.

 

 

Mercredi 17 novembre

 

Librairie Calligrammes à La Rochelle 19h

24 rue Chaudrier 

 

 

Jeudi 18 novembre

 

Librairie des thés à Surgères 20h30

 

Vendredi 19 novembre

 

Librairie L’arbre à mots à Rochefort 18h30

 

Samedi 20 novembre

 

Librairie des Halles à Niort 11h

 

Jeudi 25 novembre

Médiathèque de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, organisé avec la librairie Mystère et Boule de gomme 18h30

Médiathèque : 6 rue des Écoles -

 

Vendredi 26 novembre

Librairie La Madeleine à Lyon 19h

 

Samedi 27 novembre

Journée avec Vive la Tase à Vaulx en Velin

 

 

14:39 Écrit par Paola Pigani dans Agenda, Et ils dansaient le dimanche | Lien permanent | Commentaires (0)

01 novembre 2021

Et ils dansaient le dimanche dans le fil de Mirontaine

4211293029.jpeg

 

 

En ouvrant ce nouveau livre de Paola Pigani,  retraçant  l'arrivée en France d'une jeune hongroise c'est ce tableau d'Angelo Tommasi Gli emigranti qui se déploie. 

La fiction est ce qui reste pour combler les silences d'une génération à l'autre. Paola Pigani raconte le tempo commun d'un groupe d'ouvriers exilés d'Italie et de Hongrie. Sjonza, Elsa, Bianca, Marco sont comme les vêtements d'une même lessive  qu'emporte le tambour de l'industrie textile  au début du XXème siècle.  Ils sont une même masse textile qui tourne et tourne encore,  chaque dimanche,  au bord de la Rize.

Les saisons rythment la narration,  les gestations, les fêtes dominicales  à  la cadence des machines de production du viscose. 

Le filage s'associe au verbe, liant la fibre tant à la matérialité du monde qu'à des strates plus symboliques.  Les " petites Italies" réinventent une identité locale près de l'usine.  Le groupe habite un temps cyclique,  sans cesse répété dans l'atelier.  Chacun accomplit ensemble les boucles du temps: de l'insoumission à l'avènement du Front populaire. 
Le fil de narration véhicule fonction et signe de l'immigration. On comprend la matière,  sa provenance et sa finitude. L'industrie textile exerce une influence profonde sur les cadres mentaux  des immigrés,  rejetés, insultés, discriminés.
Le viscose porte le monde en tous sens à la Tase. Il naît d'une tige si grêle que l'on tresse , non intacte mais brisée,  broyée et réduite par la violence,  comme celle que l'on impose au corps ouvrier.
Toute la langue de Paola Pigani sur le tissage et le monde de l'usine se fait métaphore pour expliquer le fragile équilibre des forces qui sied au groupe. Un terreau fertile à la division au travail de chaque protagoniste.  Ce texte est un subtil équilibre des tensions à l'oeuvre dans la science combinatoire de la politique du Front populaire.  C'est la fusion des contraires où le faible et le fort s'affrontent pour un vivre ensemble plus harmonieux. 

Sjonza ajuste son corset,  non celui de la rigidité des contremaîtres ou d’ un mari, mais bel et bien celui de la liberté.

 

 

Paolina Miceli