Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 janvier 2021

Auguri

DSC_0001.JPG

 

©paolapîgani

 

 

 

 

 

 

Soyez fou ou glacé

obsédé d'anges ou de machines

le voeu dernier est amour

 

 

Allen Ginsberg

03:06 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allen ginsberg

31 décembre 2020

Le temps

20201227_115822-1.jpg

©paolapigani

 

 

 

jette sur le temps un oeil indulgent

il fit sans doute de son mieux

avec quelle douceur sombre ce soleil tremblant

à l'Ouest de l'humain

 

Emily Dickinson

08:58 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : emily dickinson, auvergne

09 décembre 2020

Caminando

20201124_154205.jpg

©paolapigani

 

 

 

Quand la lumière tombe à mes pieds

je m'incline

16:34 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

19 novembre 2020

Automne

traverse de chemin de fer.jpg

 

 

©piganipaola

 

Le poète, surgi de la souffrance de son siècle,
S'allie à l'arc en ciel,
Y met sa flèche, premier homme.
Il mâche en herbes grandes
Des nuances que les saisons oublient
Et qui font la vie.

Armand Robin

22:42 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : armand robin

12 novembre 2020

Les Amériques

amérique Supervielle.jpg

©paolapigani

 

 

 

 

 

 

 

Amérique devenue

cette faible main de pierre

Séparée d'une statue.

 

Je te regarde et te serre

Entre mes mains un moment

Puis je te rends à toi même.

 

Est-ce donc là ce qui reste

Des Andes et de la plaine

Et de tant de mouvements?

 

Redonnez-moi l'Amérique

Atlantique et Pacifique

Et son grand corps dans le vent.

 

Jules Supervielle

 

09 novembre 2020

Une autre lumière

IMG_20201108_150158_076.jpg

 

Une autre lumière
m'éveille et je pleure
les jours qui s'en vont
pareils à des ombres

Pier Paolo Pasolini

 

 

 

 

 

NB:

Cette photo a été prise en 1975 à Udine

par Sandrin Pigani,

l'année où Pier Paolo Pasolini est mort.

 

 

01 novembre 2020

Aux morts que je suis

 

 Joë Bousquet

 

(...) Et cueillant sans moi la rose des nuits

Une soeur de cendre en quittant nos terres

Rend leur corps lunaire aux morts que je suis ( ...)

 

Joë Bousquet. La connaissance du soir

05:11 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joë bousquet, la connaissance du soir

22 octobre 2020

Voix de la pluie et du vent

Les oiseaux de la Soie.jpg

©paolapigani

 

 

 

Voix de la pluie et du vent

Voix d'enfants oiseaux

 Dans le ciel demeure

Le restant des jours à vivre

Le restant des jours à  mourir

Jusqu'à revenir

 

 

 

 

 

 

inédit

 

16:37 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

15 octobre 2020

Tels qu'en nous mêmes

    

 

P) La nuit verticale (Stanislas Rodanski) : | Volti Subito

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde lieu commun

Lieu humain

Chacun son centre intime égal à l’un à l’autre

Du pareil au même on va on vient

Tels qu’en nous-mêmes en fin de quête

La vérité nous baigne tout nus dans notre nudité rayonnante

Mille fois plus seul de se regarder dans les yeux

Et de s’y retrouver au fond du puits

Puits de science intime

Je suis si vaste d’être seul

Je me croirai multiple

 

Stanislas Rodanski

 

 

14:41 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stanislas rodanski

25 septembre 2020

N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît

serrure jardin.jpg

©paolapigani

 

 

 

Rêver, rire, passer, être seul, être libre,

Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre,

Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,

Pour un oui, pour un non, se battre, — ou faire un vers

Travailler sans souci de gloire ou de fortune,

A tel voyage, auquel on pense, dans la lune !

N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît,

Et modeste, d’ailleurs, se dire : « Mon petit,

Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles

Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles ! »

Puis, s’il advient d’un peu triompher, par hasard,

Ne pas être obligé d’en rien rendre à César,

Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,

Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,

Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,

Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul…

 

Edmond Rostand Cyrano de Bergerac

 

 

 

Merci à A. qui entre les murs d'une prison m'a révélé sa passion pour ce texte en ce 24 septembre 2020.