Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 mai 2019

Immortel

monplaisir.jpg

 

 

 

je me souviens de jours

où j'étais immortel

le soleil se couchait 

à la place du mort

 

Jean-Claude Pirotte

 

12:07 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pirotte, métro monplaisir | |

11 mai 2019

Entre lichen et rouille

grilles ponsonnière.jpg

 

 

 

 

un verger de paupières et de murmures

abeilles, pétales et  plaies d'enfances

joies d'écorce arrachée

quelqu'un  tournoie  les yeux bandés

 

 

un seul arbre est en fleur

on ne voit que lui dans ce ballet d'ailes  

le  fruit oublié d'une autre saison  

 minuscule grenade et sa peau de charbon

 

à jeter au loin avant d'aller à la fontaine

où l'eau se divise entre lichen et rouille

une clarté à écouter  genoux à terre 

face au temps qui ne crie plus

 

sous les tilleuls d'Izieu

 

 

 

16:10 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : izieu, poeme inédit | |

08 mai 2019

Limoges

limoges,musée de la porcelaine,lire à limoges,jean rouaud,cadou,pirotte,blas de roblés

 

 

 

limoges.jpg

 

 

 

 

 

Ne  rien dire  de la danse d'un soir

puisque le réel n'existe pas,  avoue   Jean-Marie Blas de Roblès 

en levant son verre de Chablis

à minuit partagé, nous parlons  de nos poètes 

René Guy Cadou, Jean-Claude Pirotte

  

De ma chambre d'hôtel,  je regarde  le ciel s'ébrouer 

entre une tache rouge sur un toit, est-ce un drapeau, une robe? 

 et cette tourterelle  accrochée à une antenne

qui lutte contre le vent,

 j'attends qu'elle capitule,

je compte jusqu'à 19  mais les oiseaux ne lâchent rien   

nous seuls demeurons hébétés comme des enfants 

sur des brisures  de porcelaine

 

 

Pour Jean Rouaud

 

 

rue du dimanche.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01 mai 2019

Sans muguet

cadeau d'un lecteur.jpg

d'un geste il raffle la mise d'un printemps fragile

la rue ce premier mai brûle de vérité

il veut l'entendre de loin

la révolution

qui partira ventre à terre  

depuis l'humus des bois jusqu'à la fonte des machines à bobiner

 

 

28 avril 2019

Sous les tilleuls

 

 

 

Izieu, inedit

 

un verger de paupières et de murmures

abeilles, pétales et  plaies d'enfances

joies d'écorce arrachée

quelqu'un  tournoie  les yeux bandés

 

 

un seul arbre est en fleur

on ne voit que lui dans ce ballet d'ailes  

le  fruit oublié d'une autre saison  

 minuscule grenade et sa peau de charbon

 

à jeter au loin avant d'aller à la fontaine

où l'eau se divise entre lichen et rouille

une clarté à écouter  genoux à terre 

face au temps qui ne crie plus

 

sous les tilleuls d'Izieu

 

 

10:11 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : izieu, inedit | |

24 avril 2019

sous le vent

ne se laisseront pas vaincre par le vent

ces lilas blancs

ne se laisseront pas coucher par la pluie

longtemps je les regarde s'affoller 

dans leur danse impudente

ces petites outres de bonheur et de larmes

prêtes à rompre

je ne les vois pas s'envoler

rien ne cédera  sous le vent

aujourd'hui

14:49 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inedit, en attendant rien ni personne | |

23 avril 2019

Sans barbare

 

 

 

les corbeaux de ma ville bataillent

avec tout et n'importe quoi 

merles , pies et les antennes

jusqu'aux plus petites de nos peines

à la vue d'un ciel trop pâle

le jour où l'on veut aller becqutter

un peu d'ennui et de tendresse

sur l'île Barbe sans barbare

12:04 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jour ferié, ile barbe, perdre son temps | |

22 avril 2019

Dans la lumière d'avril

 

 

le soir ne viendra pas 

il marche dans la lumière d'avril

il lui tend les bras 

et sa bouche

avale un nuage puis deux

à tant découdre ses propres paroles 

ôter les points

d'exclamation, de suspension

ne lui reste qu'un souffle 

il marche sur l'ail des ours, 

les consolations , les violettes

son fils loin devant

le ciel dilate ses poumons 

 

 

 

12:50 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inedit, l'usage de la parole | |

15 avril 2019

Mon œil

 

 

 

 

elle  passe et repasse un  vieux balai sur les dalles fendues

de sa terrasse

y laisse son  petit tas d'ombres et de fleurs de glycines

rit du chat qui se roule dans la récolte inutile

14:29 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |

14 mars 2019

Lecture avec Joël Bastard

joël bastard,©danstouslessens

 

 

 

 

 

Nous pourrions voyager des jours et des nuits, côte à côte, écrivant et dessinant, lisant; de temps à autre et sans l'attendre, ni le provoquer, nous pourrions nous sourire. Tout se ferait sans espérance particulière. tout se réaliserait sans ces mots que nous lirions, écririons. Le train traverserait la dernière nuit du monde et ne s'arrêterait dans aucune gare.

Joel Bastard. Halva, Loukoum et camembert. La Passe du vent

 

 

 

 

 

 

 

Apprenons

Détenus de longue peine

A détacher  les chaines

Entre l’enfance et l’âge d’homme

À ne plus compter

Les revanches les victoires

Les parties perdues les parties gagnées 

 

Apprenons  à recourir au vol d’un insecte

Juste pour avoir une vue sur notre corps

Qui bat d’un sang de cheval

 

 

Le coeur des mortels . Paola Pigani.La passe du vent

 

 

 

Merci aux équipes des associations Espace Pandora et Dans Tous Les Sens ainsi qu'à la brasserie de l'hôtel de ville de Vaulx en Velin pour cette soirée de vif printemps !