Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 septembre 2017

Le ciel de septembre

 

 

contemple le ciel pâle de septembre

et relis encore et toujours cette page de Tchekhov

où glisse comme un nuage lent

la tendresse confuse et mélancolique

garde-toi de pleurer (car tu pleures

en pensée seulement tu pleures comme

passe le nuage impalpable entre les

croisillons de ta fenêtre étroite) regarde

le jour bleu pâle de septembre et regrette

ce jour c'est un très ancien jour

d'un très ancien passé de douceur

de misère de détresse de vague espoir

de solitude à peine douloureuse, va

laisse aller le regret vers le ciel de septembre

 

Jean-Claude Pirotte  Faubourg  Editions Le temps qu'il fait

 

01 septembre 2017

Il se peut que la vie soit une copie

 

 

 

 

Il se peut que la vie soit une copie
D'un processus qui s'accomplit ailleurs.

Il se peut que l'on vive seulement dans un miroir
Ou dans la tiède granulation d'un écran.


Il se peut qu'il y ait d'autres copies.


Il se peut que la vie ne soit
Que la copie d'une copie.


Roberto Juarroz

Quatorzième poésie verticale

07:31 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roberto juarroz

27 août 2017

Retenez moi

©paolapiganiDSC_0164.jpg

 

 

 

 

Derrière des choses simples je me cache, pour que vous me
trouviez ;
si vous ne me trouvez pas, vous trouverez les choses,
vous toucherez ce que ma main a touché,
les traces de nos mains se joindront l’une à l’autre.
La lune du mois d’août brille dans la cuisine
comme un pot étamé (pour la seule cause que j’ai dite)
elle éclaire la maison vide et le silence agenouillé de la maison –
le silence est toujours agenouillé.
Chaque mot est un départ
pour une rencontre – annulée souvent –
et c’est un mot vrai seulement quand, pour cette rencontre, il insiste.

Yannis Ritsos Parenthèses

08:28 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yannis ritsos