Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 octobre 2023

Et ils dansaient le dimanche dans la presse , deux ans après sa sortie

 

 Du coquelicot à l’églantine

Journal Force Ouvrière

Chaque année, le Prix du Roman d’Entreprise et du Travail, créé en 2009 et organisé par Technologia, est décerné à une œuvre romanesque qui a pour toile de fond l’entreprise et le monde du travail. Il récompense un auteur tant pour son regard porté sur le monde professionnel que pour ses qualités littéraires.

Cette année, le lauréat du 13e ‘Prix du Roman d’Entreprise et du Travail’ – P.R.E.T. est Et ils dansaient le dimanche, Paola Pigani . Éditions Liana Levi aux Editions Liana Levi.

Une jeune hongroise quitte son pays pour fuir la misère paysanne et vient travailler dans une usine près de Lyon, qui fabrique une toute nouvelle matière textile synthétique : la viscose.

À travers ses yeux, assez lucides, se dévoile l’âpre vie des ouvriers : la routine abrutissante du travail à la chaîne où l’humain disparaît derrière la machine, les 10 heures de travail par jour, les vapeurs nocives, le poids des chefaillons, les difficultés pour se loger, manger, garder son emploi… S’y dévoile la misère humaine, financière, sociale, morale, affective, qui isole, engloutit l’homme dans la masse des pauvres.

Et pourtant, il y a aussi la solidarité, l’esprit de communauté et le mélange des cultures, les liens qui se nouent à travers les grèves et les combats pour une vie meilleure, et puis il y a les bals où l’ont peut danser et oublier pour un temps la douleur du quotidien.

Le fil de ce roman, ce sont des histoires intriquées : les vagues d’immigrés en ce début du XXe siècle, les luttes politiques entre fascisme et communisme, l’essor des syndicats et les grands mouvements de grève qui vont aboutir au Front populaire, une certaine France xénophobe, le spectre de la guerre.

Le regard de spectatrice que semble avoir l’héroïne sur sa propre vie donne à lire un entre deux : Il y a d’un côté la vérité de l’usine et de la vie qui est très longuement décrite et de l’autre les moments de joie tels que le cinéma, les promenades ou les bals qui ne sont qu’évoqués, effleurés comme une autre réalité lointaine, comme un souvenir ou un espoir avec une certaine légèreté, un détachement, comme s’il valait mieux disparaître, devenir transparent pour se mettre à distance du malheur et continuer à croire aux lendemains qui chantent.

 

 par Corinne KefesL’Info Militante

29 septembre 2023

Prochaine rencontre en Ardèche

IMG_20230924_202837.jpg

20:49 Écrit par Paola Pigani dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bibliothèque de lamastre

23 septembre 2023

Pablo Neruda

 

 

 

 

La poésie s'apprend pas à pas au milieu des choses et des êtres,

non pas en les écartant mais en les associant à tous

en une extension aveugle d'amour.

 

Pablo Neruda

17 septembre 2023

Retour de Charente

librairie le trait d'union,erick zion,des orties et des hommes,liana levi,la rochefoucauld,tardoire,angouleme,place du minage

librairie le trait d'union,erick zion,des orties et des hommes,liana levi,la rochefoucauld,tardoire,angouleme,place du minage

librairie le trait d'union,erick zion,des orties et des hommes,liana levi,la rochefoucauld,tardoire,angouleme,place du minage

 

librairie le trait d'union,erick zion,des orties et des hommes,liana levi,la rochefoucauld,tardoire,angouleme,place du minage

librairie le trait d'union,erick zion,des orties et des hommes,liana levi,la rochefoucauld,tardoire,angouleme,place du minage

 

 

 

©paolapigani

 

 

À travers les rues de la Rochefoucauld où je suis née et d'Angoulême, où j'ai cru mourir,
je suis redevenue peregrine. La rue des halles, le cloître des Carmes et ce château sombre
qui ne faisait pas rêver la gamine de 11 ans tenue sage entre les murs du pensionnat de la Grand rue. Il a  coulé tant d'eau depuis lors...
Aujourd'hui la Tardoire est asséchée. Mais j'ai suivi au loin  les  méandres de la Charente depuis les ramparts d'Angoulême
avant de retrouver la place du minage où adolescente solitaire,
j'allais écouter des  anges gazouiller dans la fontaine. Entre deux eaux, deux âges de la vie,
j'ai été si heureuse de revenir au pays Des orties et des hommes grâce à Erick Zion, 
le plus jeune et enjoué libraire que je connaisse.
Merci à lui, à Mylene de m'avoir si bien accueillie  à la librairie Trait d'union autour d'un public nombreux. Soirée chaleureuse entre visages inconnus et reconnus, vives émotions
de retrouver compagnes et compagnons d'école, de collège et lycée,
d'évoquer nos territoires et souvenirs communs.

 

 

 

13 septembre 2023

Prochaine rencontre à Vénissieux

 

Dans le cadre des journées européennes du  patrimoine , la ville de Venissieux ,la médiathèque de Lucie Aubrac et différentes associations  organisent plusieurs rencontres , expositions et ateliers les 16 et 17 septembre. Informations ici

DIMANCHE 17 SEPTEMBRE
NOS MÉMOIRES OUVRIÈRES

 

Embauchée dans une usine de production de viscose dans les années 1930, Szonja arrive dans l’agglomération lyonnaise pleine d’espoir. Après avoir habité chez les soeurs, elle fait la rencontre d’une communauté ouvrière cosmopolite. Le roman invite à découvrir le combat intime et collectif d’une ouvrière étrangère dans la banlieue lyonnaise de l’entre-deux-guerres.

 

Pablo Amado, bandonéoniste argentin et Marco Carollo, violoniste italien vous feront danser ce dimanche à partir de 17h30

 

 

 

 

 

10 septembre 2023

Prochaine rencontre en Charente

Joie de redevenir Rupificaldienne le temps d'une soirée à la librairie Trait d'union !

instasize_230911185128.png

08 septembre 2023

Nuages

IMG_20230803_142705.jpg

IMG_20230803_142622.jpg

IMG_20230803_191607.jpg

©paolapigani

 

 

 

" Si je devenais aveugle,
ce qui m'ennuirait le plus,
c'est de ne plus pouvoir regarder
jusqu'à l'idiotie le défilé des nuages" Cioran

 

21:35 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuages, cioran, aphorismes, villeurbanne, lyon, saint étienne

10 août 2023

Un été paysan

IMG_20230731_152736.jpg

©paolapigani

 

 

"Je le trouvai un jour
dans la vallée
et le regardai droit dans les yeux
le paysan était comme un géant,
dressé sur la prairie étrangère
il fauchait lentement la lumière..."

D'un été paysan. Extrait.
Rainer Maria Rilke
Poèmes épars et fragments.1897-1926

 

21:32 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

24 juillet 2023

Sur les chemins de l'été

IMG_20230721_194748.jpg

IMG_20230722_192406.jpg

©paolapigani

 

 

Ici le ciel.
Herbes à soleil, folle avoine, seigles
et la vie qui s'egraine sous nos pas.

21:32 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vivarais, haute ardeche, marcher, écrire, sur mes chemins, amitié

14 juillet 2023

Et ils dansaient le dimanche au ministère du travail

IMG_20230714_103649.jpg

 

 

C'est avec joie que j'ai reçu mercredi 12 juillet le prix du Roman d'Entreprise et du Travail des mains de Madame Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l'enseignement et de la Formation Professionnels. La cérémonie a eu lieu dans les beaux salons de l'Hôtel du Chatelet abritant le Ministère du Travail.
Le prix "Bulles du Travail" à été attribué à Baptiste Deyrail pour "Le pas de la Manu, Saint Étienne, où se fabriquent les armes". Éd Actes Sud.

Un grand merci à Jean Claude Delgènes, fondateur du cabinet Technologia à l'origine de ce prix littéraire, à Dorothée Charveriat, Julien Mallouhi, Carole Grandjean, ainsi qu'aux membres du jury.

et ils dansaient le dimanche,liana levi,prixl itteraire,prix du roman d'entreprise et du travail,technologia,paris,ministere du travail,jean claude delgenes,dorothee charveriat,julienmallouhi,baptiste deyrail,le pas de la manu,saint etienne,où se fabriquent les armes