Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2017

Kiitos Helsinki

 

 

De retour d'Helsinki  avec une telle  gratitude  à exprimer!

Merci à Vesa Tompuri mon éditeur, Einari Aaltonen traducteur, Gaïdig Dubois légère et formidable interprète, Serge Mostura ambassadeur de France en Finlande, Sini Sovijärvi la fée bleue qui m'a présentée à l'Institut Français et réalisé l'interview suivant: http://areena.yle.fi/1-4110399?autoplay=true, Jeannette Bougrab, Ari kaimi, Konsta Lapinoja et tous les autres.

 

vesa tompuri,gaïdig dubois, ari kaimi, n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

Vesa Tompuri

vesa tompuri,gaïdig dubois,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani,ari kaimi

Einari Aaltonen

vesa tompuri,gaïdig dubois,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

vesa tompuri,gaïdig dubois,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

vesa tompuri,gaïdig dubois,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

vesa tompuri,gaïdig dubois,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

Avec des femmes tsiganes en costume traditionnel et Gaïdig Dubois à droite

 

vesa tompuri,gaïdig dubois,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

Avec Tarja Halonen précédente présidente de la Finlande

 

vesa tompuri,gaïdig dubois,n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani,ari kaimi

Hilja Grönfors

 
vesa tompuri,gaïdig dubois, ari kaimi, n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

vesa tompuri,gaïdig dubois, ari kaimi, n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

 

vesa tompuri,gaïdig dubois, ari kaimi, n'entre pas dans mon âme avec tes chaussures,paola pigani

©arikaimi

 

Les drapeaux des ambassades flottent avec les mouettes dans le ciel blanc 

A la table de Pablo Neruda des harengs grillés 

m'attendent depuis un demi siècle

La mer est non violente sur les rochers aux joues d'enfant

Comme la Baltika , la réglisse coule dans ma gorge 

Je regarde les femmes tsiganes dans leurs  longues jupes noires 

silencieuses comme des beaux arbres en terre

La voix de Hilja Grönfors me parle de ma mère

Un paquebot fend le jour

Je n'ai pas les bonnes chaussures pour marcher sur l'eau 

 

15 avril 2017

Sans titre

DSC_0130.JPG©paolapigani

09:32 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0)

14 avril 2017

Nourri de terreau noir

 

 

lanzadelvasto-lucdietrich-2.jpg

 

 

 

 

Quand j’étais trop triste, Saint - Yves m’emmenait à l’église et nous montions à l’orgue. Les voûtes commençaient à se noyer et les sons tout à coup montaient du soir.

D’abord, c’était une note faite d’une substance unique et sans nul changement. Puis trois, s’étendant par couches au dessus d’elle et chacune était un élément. La voix disait : «  Ceci est ! Cela est ! ».

Et voilà, le monde paraissait tel qu’il est, arrêté, plein mais transparent comme la glace et le feu.

La main de Dieu s’ouvrait où reposait la lourdeur des orages, la lourdeur de la terre et des roches, la force des marées, les fleuves que rien n’arrête, l’ébranlement du ciel où les astres roulent.

Et l’autre main soutenait une mouche, un coquillage, une goutte, une pensée.

Mes nerfs devenaient des fibres végétales où la sève montait, et nourri de terreau noir, j’étais un vieil arbre qui élève sa puissance jusqu’à l’infinie petitesse des bourgeons.

Je voyais la vie comme une feuille que le soleil prend à revers avec ses nervures ouvertes, la filiation des peines et des joies, les justices de hasard.

Je songeais à toutes les douleurs que nous avons eues, que nous avons mal eues, parce que nous nous sommes plaints d’elles pendant qu’elles venaient, et parées d’elles plus tard devant les hommes. Parce que nous nous sommes penchés sur elles pour en tirer du savoir ou bien de l’expérience, au lieu de les garder intactes pour Dieu seul, pour la musique où elles murissent, pour la prière où elles tombent.

Et tandis que les sons durcis perçaient les arches de la nef rétrécie par la  nuit, mes bras qui soutenaient ma mère se dressaient comme des colonnes à des hauteurs où les nuages n’arrivent pas et je cachais ainsi notre grande douleur…

 

Luc Dietrich Le bonheur des tristes  Editions Le temps qu’il fait

 

 

23:00 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : luc dietrich lanza del vasto