Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 janvier 2019

A Vaulx je vis

ciel de vaulx.jpg

 

Merci aux jeunes des lycées Robert Doisneau, Les Canuts, de l' Ecole de la seconde chance .

J'emporte avec moi,  vos mots, vos regards perdus, le bruit et le silence de vos présences, de vos poèmes  traversés en cet étrange hiver 2018 2019. Vos sourires montent déjà plus haut que les grues rouges et blanches dans le ciel de Vaulx la Soie ou  Le mas du taureau.

Je remercie leurs enseignants et documentalistes dont certains s'investissent auprés d'élèves pour éviter qu'ils regagnent la rue aprés les cours.

https://www.rue89lyon.fr/2019/01/17/a-vaulx-en-velin-leco...

18:20 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vaulx en velin, residence d'auteur, voyage

08 janvier 2019

Son voyage nocturne

 

 

 

" En mars dernier , j'ai assisté à la crémation de Gabriel au cimetière du Père- Lachaise. Je me suis tenue aux côtés de Marc. Diego était là aussi, vêtu d'un costume sombre qu'il n'a pas du porter souvent.En sortant du funérarium, Marc a dit: " Voilà, je suis orphelin maintenant."Sa peine était immense, mais sa solitude remontait à plus loin que ce jour.

J'ai pensé à la dernière leçon de Jonn.Celle qui portait sur la mort. Pour les Egyptiens, avait-il expliqué,il existait quatre formes de survie. Si le défunt était accompagné de rites efficaces, il pouvait se manifester à travers son , son essence, représenté par un petit oiseau émanant de sa momie, remonter le long du puits funéraire pour s'en aller  voleter dans sa tombe et jouir du monde idéal que les peintres y avaient representé. La deuxième forme de survie était souterraine, aux côtés du dieu Osiris, dans un royaume qui ressemblait à la campagne nilotique, mais une campagne transfigurée où l'on pouvait pêcher des milliers de poissons et chasser des milliers d'oiseaux. La troisième, la plus glorieuse, était solaire. Identifié à l'astre, le défunt traversait dans sa barque le monde des morts pour renaître un jour. Mais , avait ajouté Jonn, il existait une quatrième forme de survie, sur laquelle les textes se montraient peu explicites. La survie au sein de la mère. Elle apparaît parfois sur des sarcophages où figure Nout, la déesse du ciel, dont le corps arqué est accompagné de cette phrase: Ta mère est au-dessus de toi.

(...) parfois, il m'arrive de repenser à cette histoire que m'a racontée Gabriel. La montagne des morts. Les quatre momies, les parents et les enfants, couchés côte à côte dans un creux de la roche. L'envie qu'il a eue de tendre la main.

Peut-être, me dis-je, la vie paraîtrait -elle moins absurde, moins effrayante si nous l'envisagions ainsi. Non comme une petite case temporelle attribuée à chacun, contre les cloisons de laquelle on se heurte pour tenter de trouver un sens si ce n'est une issue. Mais comme une longue chaîne. Ou plutôt un même fil sur lequel, depuis la profondeur des âges, tels des funambules fragiles et obstinés, les uns aprés les autres, nous nous efforçons de tenir debout.

Gabriel a mené sa vie. Moi je mène la mienne. A la lisière entre deux mondes. Celui où le soleil accomplit sa course dans le ciel, dont je goûte la lumière; et celui de son voyage nocturne, dont j'apprivoise la pénombre.

En équilibre."

 

Aline Kiner La vie sur le fil , éditions Liana Levi

 

 

 

 

 

Hier soir , j'ai appris la mort d'Aline Kiner et j'ai relu dans la nuit  La vie sur le fil. Pour la retrouver vivante,  à travers son écriture , ne pas consentir à sa disparition. La dernière fois que j'ai pu partager un verre avec elle , c'était en novembre 2017 juste avant la présentation de son trés beau roman  La nuit des béguines  dans une librairie de Lyon où  elle a laissé le souvenir d'une si belle rencontre  . Elle était une femme et une romancière magnifique. Je partage la tristesse de ses proches et de celles qui l'ont accompagnée chez Liana Levi, notre éditrice.

 

 

 

                                                         Résultat de recherche d'images pour "aline kiner" 

 

                                                            ©sophiebassouls

 

 

02 janvier 2019

J'aurais voulu inventer la roue

La grande roue.jpg

19:36 Écrit par Paola Pigani dans Lyon perle de soie grise, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon bellecour