Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 janvier 2013

Sur la banquette du métro

 

 

 

 

Une femme  endormie sur la banquette du métro

Ses  jambes pliées ses pieds posés en face

Elle a enlevé ses chaussures

Je vois ses pieds minuscules

Dans des chaussettes d’homme

Je vois ses  paupières baissées

Ses mains jointes

Ses ongles recouverts d’un vernis nacré

ses doigts noirs

Je devine son souffle paisible

Et  toute l’étendue du jour

Déjà vaincue.


Paola Pigani Extrait du recueil Indovina

 

15:37 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.