Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 mai 2015

D'une gare l'autre

 

 

 

Gare d'Annecy

il passe devant le piano muet

le regarde comme on regarde un mort

elle examine ses ongles

où des plaquettes de vernis nacré subsistent encore

elle lève les yeux

croise ceux de l'homme en deuil prés du piano

ils se rapprochent tous les deux d'un distributeur de café

elle choisit un expresso allongé d'un trait d'eau chaude

l'homme fouille toutes ses poches 

elle boit son café

il regarde l'écume noire sur ses lèvres roses

il lui manque dix cents pour lui rendre le même sourire

19:09 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.