Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 octobre 2015

Perceval

 

 

Je me souviens de cette terre d'enfant disparu,

et de la neige qui, un soir d'exil encore plus noir,

s'était mise à tomber. Je regardais au carrefour

un grand arbre voûté, un monument de hasard,

quand deux flocons passèrent, se poursuivant

pouvait-on croire, et j'étais prêt à croire.

Puis ce fut la neige, comme si je voyais le temps,

et une pierre, en moi, se détacha.

 

Emmanuel Merle . Dernières paroles de Perceval .

L'escampette Editions

Les commentaires sont fermés.