Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mars 2016

Poème sauvage

 

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

« C'est une ironie de l'Histoire qui veut que les grandes puissances aient découvert l'unité des
nations au Caire en 1943. Les oies du monde entretenaient cette idée depuis longtemps, et chaque
année, au mois de mars, elles continuent de miser leur vie sur la vérité de cette proposition. [...]
Chaque année au mois de mars depuis le pléistocène, les oies proclament l'unité des nations depuis
la mer de Chine jusqu'aux steppes sibériennes, de l'Euphrate à la Volga, du Nil à Mourmansk, du
Lincolnshire au Spitzbergen. […]
Grâce au commerce international des oies, le maïs abandonné de l'Illinois traverse les nuages
jusqu'à la toundra arctique, où il se combine au soleil abandonné d'un mois de juin sans nuit afin de
fabriquer des oisons pour les pays intermédiaires. Et dans ce troc annuel, nourriture contre lumière,
chaleur d'hiver contre solitude d'été, le continent entier retire le bénéfice net d'un poème sauvage
balancé du haut d'un ciel noir sur les boues de mars. »
(L'almanach d'un comté des sables – Aldo Leopold)

14:56 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aldo leopold

Les commentaires sont fermés.