Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juillet 2016

PLM

 

 

 

 

 

Paris-Milano

Prés de moi s’affale

Un corps  sans bagage

Cœur léger cheveux jaunes

Je suis aventuré me dit l’homme

Je prends ce train pour rien

Pas de billet pas de bagage

Je voudrais voir la mer

Aller jusqu’à Marseille

 

Il a besoin de moi

Pour lui dire comment est cette mer

et pour recharger son téléphone

Comment elle est ?

Dit-il, les yeux

Entre deux tranches de pains

Dis, comment elle est ?

Qui ? Quoi ?

La ville ? La mer ?

La mer

 

Elle entre dans la ville comme toi

dans ce train

Avec son odeur

Et tout ce qu’on ne dit pas

On ne  dit pas parfum

On dit odeur

Parce qu’elle a un corps

Elle est au dessus en dedans

Facile à prendre

L’homme  se ramasse et s’embrasse

Bien serré en lui-même

Il s’endort

Sa vie a juste la dimension d’un siège TGV

Un caisson prêt à être largué sur le vieux port.

 

 

Pour Mika Biermann, Nancy 12 septembre 2015

 

 

23:30 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mika biermann, plm paris lyon marseille

Les commentaires sont fermés.