Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 août 2016

Loin des noces

 

 

 

 

Avant le lever du soleil, au-dessus des hautes collines, les sapins ne se distinguent pas des ondulations qui les soutiennent.Puis le soleil, de très loin et par-derrière, dore le sommet des arbres.Ainsi, et sur le fond à peine décoloré du ciel, on dirait une armée de sauvages empennés surgissant de derrière la colline.A mesure que le soleil monte et que le ciel s'éclaire, les sapins grandissent et l'armée barbare semble progresser et se masser dans un tumulte de plumes avant l'invasion.Puis quand le soleil est assez haut, il éclaire d'un coup les sapins qui dévalent le flanc des montagnes. Et c’est apparemment une course sauvage vers la vallée, le début d'une lutte brève et tragique où les barbares du jour chasseront l'armée fragile des pensées de la nuit.

Albert Camus  Carnets

 

 

 

 

Nous sommes si loin de Noces en lisant ces lignes;Camus s'est senti prisonnier en ces terres du Vivarais-Lignon alors qu'ici je revis à travers la houle des fougères et les eaux tendres du Lignon... 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

12:51 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le chambon sur lignon, abert camus

Les commentaires sont fermés.