Guillevic

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 janvier 2017

En mémoire de Lhasa de Sela

 

 

Lhasa de Sela

 

 

 

 

 

 

J’aimerais reprendre ta voix où tu l’as laissée

Sur la piste blanche d’un cirque

 Au milieu des amours fauves

Des morsures de la  lumière

J’aimerais écrire sur la toile tendue

Au fond du  cœur du monde

La route ne se tait pas

 Elle avale  les fibres de tes poumons

 De ton souffle

 La ville fait des vagues

La mer creuse ta poitrine

Tu chantes jusqu’à ma porte

 Jusqu’à la dernière braise dans ton sein

La vie peut bien se décrocher des branches

Les arbres baisser les bras

Jusqu’au salut

La route ne se tait pas

Tes sœurs d’ombre secouent les souches

Tu cours sur le sel que laissent  leurs prières

 

Paola Pigani

 

 

 

 

 

07:18 Écrit par Paola Pigani dans Musique, Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lhasa de sela, paola pigani

Les commentaires sont fermés.