Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 juillet 2019

fatum

 

 

 

 

Entre elle et lui auraient pu passer

un train

 toute une vie pour rien

des  chevaux fous

 mais  c'est   une guêpe qui s'est posée

sur la lèvre inferieure de la femme

laissant le silence bourdonner

et battre la lumière

il n'a osé toucher ni l'insecte

ni cette bouche

coeur  nu dans l'ombre du  tilleul

le destin  a parfois des petites ailes idiotes

 

 

 

12:43 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fatum | |