Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 février 2019

Une nuit jamais totale

nuit etoilée Millet Jean François.jpg

 

in  attesa di vedervi

 

j'embrasse mes proches comme j'embrasse la douleur

avec les sanglots retenus avec les sanglots libérés

je pose une main sous ta gorge

je m'entends dire touchez- la

ici

sa peau fine d'enfant

incroyablement douce encore

en ce lieu  du corps  qui n'a pas souffert

que  le soleil n'a pas abimé

un seuil clair avant le cou, avant le visage, avant la bouche, avant les yeux

un seuil avant  l'autre naissance

j'impose encore mes deux mains sur ce commencement de statue

plus aucun battement de sang

de paupière

d'impatience

plus que le vent, le froid qui flagellent les dernières heures de janvier

je relis tes derniers mots écrits d'une main tremblée

comme tu le faisais pour chaque lettre au brouillon

avec le souci de bien écrire en italien comme en français

in attesa di vedervi

plus tard je suis saisie face à  La nuit étoilée, une reproduction de Millet

je l'envoie à mes sœurs 

la nuit n'est pas totale

le vide n'est pas total

la nuit n'est pas que nuit

le vide n'est pas que vide

me revient cette chanson de Jonasz

les mauvais chagrins d'hier

les orties dans les fougères

quand on s'aime

ils nous aiment aussi

 

Dans mon roman à paraitre en mars les fils d'orties ont  déjà tissé  un manteau de chagrin  et d'amour pour franchir le dernier gué de  l'enfance sauvage.

Merci pour tous vos messages,  vos  paroles et votre présence  vraies, de prés ou de loin, merci pour les fleurs, les petites lumières et les silences partagés.

 

 

22:16 Écrit par Paola Pigani dans Le coeur des mortels | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean-françois millet, nuit étoilée, deuil | |