Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 novembre 2014

Chaque dimanche

 

 

WEB_Test-TW-StudioBaxton_DSC_8140-Edit.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Il s’effondre sur le siège

d'une salle d'attente

ce n'est pas encore le froid de la terre

juste le plexis glass contre son dos

 

ça pousse dans tous les sens

ce n'est pas encore la mauvaise herbe

autour de la maison

juste la barbe de midi sur la peau des joues

 

Chaque dimanche il secoue sa peau au soleil

les jours de pluie

il ferme les yeux et dort seize heures

le ciel partage son temps 

 

Entre vivre et compter pour rien

il ne choisit pas

 

Paola Pigani

18:16 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.