Guillevic

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 février 2017

Les maçons

 

 

 

 

Les maçons de mil huit cent trente

 

Placides les maçons de la creuse

en longues bandes silencieuses

retraversaient Paris le soir

jusqu'à leurs dortoirs de barrière

et sans voir aux étalages

gras saumons

robes écumeuses

ors et pierres de couleur,

rêvassaient du retour à leurs terres

de vipères et de fondrières

croisaient les pâles dandys vêtus de beaux draps aubergine et lierre

Façonniers de nouveaux palais

en troupeaux lents ils retournaient

vers l'attablement journalier

quand chacun soulève à son tour

dans les lambeaux du crépuscule

la terrinée de soupe épaisse

 

Jean Follain Usage du temps

16:29 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : follain

Commentaires

http://www.laboiteverte.fr/portraits-de-metiers-1860/

Écrit par : P'tit Quinquin | 03 février 2017

Oh merci P'tit Quinquin, grâce à ce lien , je trouve ce portrait d'un menuisier qui ressemble étrangement à un poète que nous aimons !
Paola

Écrit par : paola | 04 février 2017

Les commentaires sont fermés.