Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 janvier 2018

Le vrai et le faux

 

 

 

 

 

 

L’anglais est une langue utile pour qui part en voyage, mais pour celui qui reste à l’intérieur des frontières, l’italien est préférable. Fake news est l’expression d'usage actuel d’un phénomène qui a peu à voir avec le faux.

Pour distinguer le vrai de son contraire il faut qu’ils se trouvent au même niveau, à égalité. Dans la réalité ce qui est accepté comme vrai ou comme faux dépend du rapport de force entre les deux positions. Si un gouvernement affirme que l’expédition de troupes combattantes à l’étranger est une mission de paix, l’évidence contraire, la vraie, succombe. Il n’existe pas de mission de paix, mais des interventions militaires en dérogation de la constitution. Les missions de paix sont dévolues à des organisations rigoureusement démilitarisées et spécialisées dans les premiers secours. Mais c’est la formulation fausse du pouvoir en place qui prévaut. Il falsifie les faits et rends sa version officielle avec le soutien attentionné des organes d’information.

Si un gouvernement dit que la « TAV » (ligne à grande vitesse) en Val de Suse est un « ouvrage d’intérêt stratégique » c’est cette invraisemblable version d’un ouvrage superflu et nocif qui prévaut.

Qu’un chef d’État nie qu’il y ait des changements climatiques et les faits sont tenus de s’y plier.

Le vrai et le faux dépendent du rapport de force et non de l’évidence. Un gouvernement se verra démenti et contredit uniquement quand il sera destitué.

Tant qu’il dirige le chœur peut affirmer que la terre est plate et que le soleil en est son satellite. Ce sera cela l’interprétation de la réalité à ce moment là. Le contre-ordre viendra à temps révolu.

Fake News : il ne s’agit pas de la rubrique vrai ou faux des jeux de la semaine dans le journal, mais de la possibilité d’affirmer le faux sans en subir de conséquences.

C’était une prérogatives des régimes totalitaires, de nos jours elle est a disposition des systèmes de démocratie formelle.

Erri de Luca

22:21 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : erri de luca, fakenews

Les commentaires sont fermés.