Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 avril 2018

Le chant des autres

 

 

 

Ne pas nommer les créatures

descendre dans la même gorge

Ici je suis captive heureuse

les oiseaux me tiennent à leur merci

A l'aube déjà

ils m'encordent

je lâche mon fil d'écriture

je dois les écouter 

je pourrais les gronder de me déporter ainsi

leur en vouloir

A cause d'eux, je déraille, je déparle, je m'évite, je m'invente

je repars vers une contrée nouvelle en passant par ma contrée de naissance

Les arbres de là-bas étaient égaux dans l'inconnu

Les arbres d'ici, j’apprends à les nommer

Sur mon  territoire d'enfance, j'ignorais la limite des mots

Tout pouvait être silence, page blanche.

Ici sur le Mont Noir, je n'ai pas le choix: écrire

Même si le chant des autres est le plus fort..

 

 

lampla (11).JPG©d.lampla

23:13 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : villa marguerite yourcenar, le mont noir

Les commentaires sont fermés.