Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 novembre 2018

A Vaulx je vis

vaulx en velin jour de pluie 30 novembre 2019.jpg

 

 

Je viens de commencer un texte sur l'usage de la parole pour celui qui souffre d'une béance en pleine bouche. Dans sa chambre d'hôpital, il écrit sur des carnets, sur une ardoise Velleda , peut-être écrit-t-il sur nos  lèvres .

Je pense à C qui n'a que son Smartphone et Google traduction pour tenter de mettre sur du papier quadrillé des morceaux de sa chanson russe.

Ils sont quelques uns dans ce groupe de primo arrivants à écrire à partir de pièces détachées, d'une langue qui  leur échappe. On ne s'installe pas dans ce type d'atelier d'écriture, on part sans destination.  Peut-être faut-il laisser monter  en soi une insurrection de leur langue d'origine, qu'elle bouscule la neuve, l'obligée, l'empruntée? Je leur demande d'écrire en toutes lettres ce qui les appelle encore de là-bas, de recopier, de répéter, de  lire à voix haute.   Le bambara, l'albanais, l'arabe, l'italien, ça torrente, ça me trouble dans mes propres résurgences d'écriture.

Des mots s'acheminent très lentement

 Je suis un bateau fragile dans un cimetière trés silencé

le mot silence du verbe silencer

J'ai su la lumière oubliée

Je suis la lumière oubliée

 

 Nous sommes l'arbre qui donne fruit je serai père

En quittant le CDI, je tangue sur leur mer, je tremble de leur espoir.

23:06 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : résidence d'écrivain vaulx en velin | |

Les commentaires sont fermés.