Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2014

Animal

Chercher dans les branches

Une inclinaison vers son visage

Supplier ces grands arbres

De rejoindre son chemin

Qui va s’évanouissant 

  

Rêver de grand sommeil   

Dans le secret de l’inutile

Les frondaisons noires

Et chaudes d’une charmille

 

Croire que l’été a tout juste

Son âge

 

Un jour entendre

Un jour sentir

La respiration les murmures

De cette grande armée

 

 

Eveiller l’aube

De sa main capitale

 

Faire taire les sources

Qui épuisent son sommeil

 

 Les longs doigts tordus

Des arbres

En suppliques

On appelle ses peurs

On appelle ses rires

Ses pas de violette étouffée

 

 

Oublier

 L’envoûtement des forêts

Espérer une flamme

Qui naîtrait de ses paumes

Pour incendier la  cathédrale

 

Fuir ces voleurs de clarté

Qui labourent le ciel

 

  

Une cape se pose

Sur ses épaules    

Etre un animal

Ignoré de tous

 

Dans la demeure 

Se frayer un passage

 

 

 

Extrait de Si je demeure

 

 

 

 

 

11:39 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.