Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 février 2013

Lyon, perle de soie grise.Stanislas Rodanski

P1310043.JPG©paolapigani

11:14 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | |

20 février 2013

Le livre pour sortir au jour

 

 

 

C’est comme un périple dans notre propre pesanteur que nous donnent à lire et à voir Jean-Baptiste Cabaud et Magali Mélin. On avance dans le noir mais c’est un livre pour sortir au jour après avoir dévidé l’écheveau des nerfs, après avoir été tenté par la disparition ; c’est long désapprendre à mourir.

Les mots ne sont jamais innocents. Lequel choisir pour reprendre son souffle ? Les mots nous suivent, ils ne nous précèdent pas. C’est la vie qui avance en premier. C’est la vie qui franchit le pierrier. Les mots nous suivent encore, fragments de nous mêmes avec la densité d’une marche aveugle. J’aurais aimé avoir choisi de vivre le destin des avions sur la mer. On avance vaille que vaille car il faut traverser, l’obscur, l’amer... On descend  les paliers de l’air avec ces trois  verbes : aimer, choisir, vivre. C’est un étrange débarquement au beau milieu de nulle part dans une phrase immense sans ponctuation, un magma de mots, une marée intérieure. On suit  Jean-Baptiste Cabaud, on tente de s’accrocher aux récifs, musique, ville, ordinateur, souvenirs d’amour, ce soi qu’on n’arrive pas à saisir, se tenir loin de tout littoral, aller vers le risque de la vie,  vers le risque de la poésie jusqu’à entrer dans le monde par le corps.

 Il y a entre les pages écrites, les chevelures d’orage de Magali Mélin. Des lignes d’horizon captivantes où tout se dédouble. Puis une plage apparait, des taches deviennent presque humaines, comme des humeurs qui suintent d’un grand  corps absent. L’espace devient écriture à son tour avec ses parallèles complices, ces chemins gras, des traces de croisement, d’effusions. Le noir revient ondoyer, tournoyer pour s’assagir. Qu’est-ce que l’artiste laisse vivre  avant de rendre grâce au papier et au silence ? Le mystère reste latent.

 

Paola Pigani

 

 

Le livre pour sortir au jour. Jean-Baptiste Cabaud .Magali Mélin. Editions Le pédalo ivre. 2013.

 

Exposition à la Galerie l'Oujopo

Du 14 février au 11 mars 2013

40, rue de la Viabert

69006 Lyon

Soirée lecture

Lundi 11 mars à 20h

en présence des artistes

et de Frédérick Houdaer

22:00 Écrit par Paola Pigani dans Des livres, Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : j-b cabaud, magali mélin, houdaer frédérick | |

18 février 2013

Saone

 

 

Les clapotis contre les berges

Ta bouche tes baisers sur ma nuque

Quand tu m’as dit

N’avoir jamais vu Venise

La Saône lascive

Est tendre à nos yeux

Loin des sortilèges de la Sérénissime

L’été monté trop tôt

Sur les épaules des femmes

Un ciel sans nuage

Sur les places

Sable et poussière

Tes yeux secs

Quand tu m’as dit

N’avoir jamais su souffrir

La Saône à nos pieds

Donne sa leçon d’eau et d’oubli


Paola Pigani


Extrait du receuil Indovina

11:00 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saone | |

17 février 2013

La dernière page

 

 

Commencer par la dernière page

Pour les journeaux, les livres de poésie

Choisir de m'asseoir dans un train

dans le sens inverse de la marche

Caresser tes pieds avant tes lèvres

Compter ce qui n'a plus de valeur

Aux yeux des autres


Paola Pigani

16:48 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |

14 février 2013

Qu'est-ce qui a changé dans l'amour?

 

 

Qu'est-ce qui a changé dans l'amour depuis le cantique des cantiques?

Qu'est-ce qui a changé?Peut-être la cigarette qu'on allume aprés.

 

Amos Oz

 

Le 7 février 2013, sur un plateau de France-Télévision.

20:56 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amos oz | |

13 février 2013

chanson d'amour

12:19 Écrit par Paola Pigani dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |

11 février 2013

Lyon perle de soie grise.Stanislas Rodanski

Photo0209.jpg©paolapigani

17:11 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon | |

10 février 2013

Les chaussures de Pavese

 

 

 

Il porte des chaussures anglaises

Intemporelles

Qui lui font des pieds de poète

J’imagine qu’elles devancent ses pas

Ce pourrait être les chaussures

de Pessoa ou de Pavese

Ou les chaussures d’un homme

Qui aime se perdre et penser

Que les femmes mentent.


Paola Pigani

 

16:41 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |

09 février 2013

Lyon perle de soie grise.Stanislas Rodansky

Copie de Photo0656.jpg

16:45 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon | |

08 février 2013

C'est un jour indicible

 

 

 

C’est un jour indicible

On ne sait pas

Ce qui se lève

Avec tout notre sang

Qui ne dort jamais

Ce qui se lève

Entre nos jambes

Entre nos bras

Aux quatre points cardinaux

De notre dernier sommeil

Un vol d’étourneaux

Le ciel serré

Contre les arbres

Les mots qu’on n’a pas dits

Le gant perdu hier

La main qui manquera désormais

Pour dire Adieu


Paola Pigani

 

 

 

20:56 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |