Guillevic 2016linoines

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 octobre 2016

La chaise de Van Gogh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde part de tes épaules

pour descendre à tes pieds

que tu laves devant la porte

dans une bassine en émail

une eau de foin

de quoi faire la minestra

mais non, tu la jettes en riant

sur le jasmin qui a toujours soif

tu chantes

Io sono un’povero negro

tu en mets plein tes savates

 

 

 

Tes mains vivantes

Accrochent tout

La force de tourner

les pages du ciel

Même sales

Infléchir aux saisons le rythme du travail

Les mise bas des bêtes, les semis, les coupes de foin, les moissons

 Passer l’endaineuse, la botteleuse, la herse

Chaque jour une maîtresse

 

 

 

 

Extrait d'un recueil en voie d'achèvement   La chaise de Van Gogh.

Où le peintre ne fait qu'une minuscule apparition par le vide de sa chaise.

 

image

 

 

 

La Chaise, photo Roswitha Guillemin

Chambre n° 5 occupée par Vincent Van Gogh les 70 derniers jours de sa vie à l’Auberge Ravoux, Auvers-sur-Oise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:42 Écrit par Paola Pigani dans Livre, peinture, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : van gogh, roswitha guillemin, paola pigani

30 octobre 2016

Hommage aux nomades internés

 

 Tony Gatlif s'exprime ici: 

https://www.google.com/url?rct=j&sa=t&url=http://...

21:17 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tony gatlif

29 octobre 2016

Les grandes enveloppes blanches

 Résultat de recherche d'images pour "hommage aux nomades internés 1940-1946"

 

 

Ce matin , je me suis levée pareille au ciel , le même blanc de céruse  et  rien qui donne vraiment envie d'enfiler des collants, rien qui donne vraiment envie de bondir;mais j'avais besoin d'aller en ville, je voulais du pain frais et ce vieux livre de Claude Simon. Avant de sortir, j'ai entendu  le discours du président de la République  à Montreuil Bellay, rendant hommage aux nomades internés en France entre 1940 et 1946. 70 ans après.  

Je me suis refait un café.

Dans le métro, j'ai observé un petit garçon écrire sur la porte, des mots invisibles de la pointe de son doigt . Sans doute , ces mots ne lui disaient-ils rien car il a plaqué son oreille sur le caoutchouc entre les deux ventaux comme pour mieux entendre le bruit des rails.C'est alors que j'ai pensé à Alexienne Winterstein , à Raymond Gurême, tous deux rescapés des camps d'internement. Peut-être  ont-ils plaqué l'oreille eux aussi contre le poste , peut-être y ont-ils cru à cet hommage, à cette reconnaissance de leurs blessures , de leurs humiliations, peut - être ont- ils plaqué l'oreille comme ce petit garçon contre la  porte de leur caravane ou de leur mobil-home pour écouter le bruit de l'histoire quand elle sort des rails.

 Dans la librairie Gilbert, rue de la barre, j'ai croisé Charles Juliet. Nous nous  sommes embrassés, nous nous sommes rappelé notre dernière rencontre au bal des Ardents... mais non c'était à l'anniversaire de Pandora en novembre dernier...  Vous écrivez toujours en poésie? Oui, toujours, il le faut... Il attendait de régler ses achats, pas de livre mais une brassée  de grandes enveloppes blanches.

Il y a des jours qu'on glisserait bien dans une grande enveloppe sans destinataire mais  Raymond Gurême s'avance  vers moi , comme ce soir de novembre 2014 à Lyon.Il ressemble à clown triste, il a l'age de mon père encore vivant.Je suis émue de le rencontrer pour la première fois. Il me montre  les cicatrices qu'il a gardées de ses fuites à travers les barbelés de plusieurs camps d'internement. Son incroyable sourire, je le retrouve dans ce portrait unique réalisé par la photographe Jeannette Gregori dont je salue au passage le très beau travail .

 

( http://www.jeannettegregori.com/galerie/?album=8&gall...

 

 

raymond Gureme, Interdit aux nomades, internement des tsiganes, Charles Juliet, n'entre pas dans mon ame avec tes chaussures,charles juliet,montreuil bellay,internement des tnomades tsiganes©jeannettegregori

 

 

Si nos voix meurent un jour

On accusera le vent

Et les larmes de la terre

ne seront pas les nôtres.

 

 

A Raymond Gurême

 

 

 

 

Interdit aux nomades

 

 Alexienne Winterstein m'a inspiré le personnage principal De N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures. paru en 2013 aux éditions Liana Levi.

Tendres pensées vers elle et sa dynastie