Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2018

A Saint Malo

 

 

 

A saint Malo, j’ai vu ma première hirondelle

Il s’en étonne

Vélibor est un grand homme

Moi pas

Il est écrivain chez Gallimard

Moi pas

Nous portons des tennis de la même marque

Nous parlons  peu sous les projecteurs

Brouillons les pistes

Impossibles de la Bosnie

De la vieille Yougoslavie

Lui fils de personne dans la guerre

Moi fille d’un père  promis au coup de fusil  

Des oustachis

Vélibor est un grand mât

Moi je penche un peu

Il sauve mes lunettes d’une horde de lycéens prêts à  les piétiner

Ils sont nombreux à couvrir les cris des mouettes dehors

Vélibor me dépose un baiser sur la main

Avant d’emprunter le grand large

A Saint Malo, j’ai vu mon premier voyageur

 

11:07 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : etonnants voyageurs, vélibor colic

30 mai 2018

étonnants voyageurs

Vélibor.jpg

00:59 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

23 mai 2018

Impossiblement réelle

 

 

Rua Lisboa (1).jpg

 

 

Fenêtres de ma chambre,
de ma chambre dans la fourmilière humaine unité ignorée
(et si l’on savait ce qu’elle est, que saurait-on de plus ?),
vous donnez sur le mystère d’une rue au va-et-vient continuel,
sur une rue inaccessible à toutes les pensées,
réelle, impossiblement réelle, précise, inconnaissablement précise,
avec le mystère des choses enfoui sous les pierres et les êtres,
avec la mort qui parsème les murs de moisissure et de cheveux blancs les humains,
avec le destin qui conduit la guimbarde de tout sur la route de rien.

 

Fernando Pessoa

23:08 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lisboa, pessoa