Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 février 2020

Sans titre

 

5e2c3e656c231_dt_200121_coronavirus_800x450-1267327.jpg

 

 

 

Ce qui m'intéresse, c'est qu'on vive et qu'on meure de ce qu'on aime.

 

Albert Camus La peste

20:06 Écrit par Paola Pigani dans Des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coronavirus, camus, la peste | |

26 février 2020

Notre ville

revue ka,f. swiatly,a.manseur,o.jouvray,c.juliet,r.roche,s.barendson,t.renard,m. laplace,agence kojak.aubin,nörka, p.pigani

©michel.laplace

 

 

 
Une ville entre d'abord dans le corps, on s'y révèle en la piétinant, dans les trouées que l’œil opère, intuitivement, poétiquement. Une ville s'effiloche, se dépareille à certaines heures...
 
P.Pigani
 
Extrait d'un texte publié dans le premier numéro de la revue KA sortie fin janvier,  auquel ont participé E.Aubin, F. Swiatly, A.Manseur, O.Jouvray, C.Juliet, R.Roche, S.Barendson, T.Renard et Nörka.  
 
Vous pouvez la trouver:
  • En librairie, au Bal des Ardents - Rue Neuve 69002
  • Au Réverbère, Galerie d'art - Rue Burdeau 69001
  • Chez Kojak - Rue Stella 69001
  • Sur le site internet : https://www.ka-larevue.com/

 

24 février 2020

La renouée aux oiseaux lue par Patrick Joquel

 

Un grand merci à Patrick Joquel!

 

" Un beau livre vert sur le thème de la perte. Une poésie intimiste, qui se chuchote  à l’émotion, au silence. Une poésie qui avance à pas comptés sur des territoires d’enfermement.

 

Ce matin je suis retournée à l’arbre

on m’a laissé sortir

 

J’ai regardé le trou dans l’écorce

j’ai posé ma main sur la blessure

 

Depuis il n’y a pas eu de passage

 

 

Il y a eu le temps de l’attente, puis celui de la perte : perte du bébé, de l’enfant.

 

Je dis

voici les mains qui ont tenu l’enfant

 

et plus loin

 

on me donne des barbituriques

pour oublier

le petit corps d’os et de ténèbres

 

Un enfermement dans les murs, avec des surveillantes, d’autres femmes, et le travail pour la collectivité : jardinage, lessive… Un travail pour s’occuper, pour retrouver un goût à la vie quand tout ramène à la mort. On suit ainsi le poème de page en page dans ce douloureux dialogue avec soi-même et le vide.

 

Un enfermement en soi. Avec l’arbre pour interlocuteur. L’arbre et ses chants d’oiseaux..."

 

http://laboucherielitteraire.eklablog.fr/

Patrick Joquel

www.patrick-joquel.com

 

20 février 2020

De retour de Bretagne

Derrière la maison claire, il y a un chemin de boue qui mène au Léguer.

Sous les arbres encore nus, il est doux de l'écouter en découdre avec le vent du soir.

 

Un temps de poème , c'est aussi des lectures, des gerbes d'écume et d'amitié  au  Bel Aujourd'hui. 

Merci à Yvon Le Men, Thèrese, Soazig et à l'équipe du Carré Magique pour cette belle soirée .

xavier grall,yvon le men,un temps de poème,librairie le bel aujourd'hui

xavier grall,yvon le men,un temps de poème,librairie le bel aujourd'hui

xavier grall,yvon le men,un temps de poème,librairie le bel aujourd'hui

xavier grall,yvon le men,un temps de poème,librairie le bel aujourd'hui

xavier grall,yvon le men,un temps de poème,librairie le bel aujourd'hui

©paolapigani

 

Il y avait les voiles éoliennes
Il y avait les voiles anciennes
Il y avait les voiles langagières
Il y avait les voiles messagères
Il y avait la prairie de la pleine mer
Il y avait les voiles bergères
Il y avait la beauté
Il y avait la beauté du grand large
Il y avait la splendeur
Il y avait la splendeur des gréements
Il y avait les fleurs sur la houle
Il y avait les fleurs du vent

 

Xavier Grall , genèse

 

 

 

xavier grall.jpg

17 février 2020

adieu Graeme Allwright

05:52 Écrit par Paola Pigani dans Le coeur des mortels | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graeme allwright, leonard cohen | |

16 février 2020

La renouée aux oiseaux lue par Christian Jacomino

 

Un grand merci à Christian Jacomino!

 https://christian.jacomino.org/2020/02/la-renouee-aux-ois...

 

19:10 Écrit par Paola Pigani dans La renouée aux oiseaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |

14 février 2020

Amoureux

saint Valentin.jpg

 

 

 

Que m'est la musique

Des tendres louanges

Des vagues d'amour

Qui en chants s'effrangent,

Puisque tes deux mains

M'appellent là-bas,

D'où viennent les sons,

D'où viennent les vagues,

Et le lin du soir

Est un corps transi

Dans le halo blanc

Où ton coeur frémit?

 

Ossip Mandelstam 

05:27 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ossip mandelstam, les poésies d'amour, éditions circé | |

11 février 2020

Nuit d'absence

11:11 Écrit par Paola Pigani dans Musique, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean louis murat, jean roger caussimon, léo ferre | |

09 février 2020

Prochaine rencontre en Bretagne

 

Cette rencontre initialement prévue   le 12 décembre 2019 , jour des cheminots en colère a été reprogrammée pour le 14 février , jour des amoureux.

Qu'ils soient  nombreux et fous  comme les vagues  là-bas pour que vie et poésie demeurent  un mouvement incessant...

 

 

 

Se donner la main à travers nos poèmes

Je n’ai vu qu’un seul homme

 

En plein champ


Il était grand

 

Si grand


Adossé au ciel

 

Paola Pigani

08 février 2020

La renouée aux oiseaux sur Terre à ciel

 

 

Merci à Angèle Paoli pour son article sur le blog Terre à ciel:

https://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2020/01/paola...