Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 mars 2018

Perfusions poétiques

 

 

De retour de la fête du livre de Bron où j'ai croisé Rimbaud par la voix de Jacques Bonnafé ( et quelques minutes son accent ardennais  pour mieux extirper le poète de ses terres noires)

j'ai croisé Robert Desnos par la voix de Gaëlle Nohant qui lui a consacré un très beau roman Légende d'un dormeur éveillé,

 

J'ai croisé La folie d'Alekseyev mise en espace  en voix et en musique par saint Octobre et David Champey pour donner encore plus de force au texte magnifique de Jean- Baptiste Cabaud dont j'avais  parlé ici en novembre dernier.

 

Et puis le bonheur de rencontrer pour la première fois Milena Agus grâce à qui j'avais envoyé par la poste  mon premier roman à notre éditrice commune, Liana Levi...

 

bonnafé,rimbaud,desnos,milena agus,liana levi,jean baptiste cabaud,gaëlle nohant,david champey,saint octobre

 

 

Après de telles perfusions poétiques , j'ai trouvé belle la pluie sur le pare-brise  et j'ai dormi debout toute la nuit...

 

 

 

 

 

 

 

02 novembre 2017

Le capitaine revient!

 

 

Apres les Mécaniques  et  le nouveau Noum, le capitaine poète Jean Baptiste Cabaud nous revient !

 

 

 

jean baptiste cabaud, La folie d'Alekseyev, Edtions Dernier télégramme

Tu rejetteras au néant les siècles passés de navigation et les années d'aviation de l'humanité mais tu feras s'élever les bateaux hors de l'eau et voler les avions sur les flots.Tu offriras aux hommes tes ekranoplanes qui ne sont ni du sol ni de l'air.

Est-ce folie de voler, d'inventer les distances entre le sol et l'éternité? Dans la folie d'Alkseyev, l'été polaire donne soif, la terre est pauvre ,  le ciel clair pour les fantômes d'Anna Akhmatova , de Mandelstam et de tant d'autres.

Il n'y a plus d’inquiétude tant qu'on avance vers l'enfer où la neige est nuit même le jour.

C'est dans ce siècle chien -loup où le froid est carnivore que  Mandestam souffle dans un  râle , ses derniers poèmes avant d'être enseveli par ses camarades dans une fosse commune prés de Vladivostok

Le travail est affaire d'honneur, de gloire, de vaillance et d'héroïsme dans ce    royaume de rouille cerné de poteaux noirs; un  royaume de l'inachevé où des prisonniers constructeurs périssent de rêver ,  partagent la folie d'Alekseyev  et veulent  s'accrocher au tableau rouge des victoires industrielles, même s'ils sont condamnés à parler la langue des étoiles.Et Alekseyev parle:

Ecoute moi, Evguéni. Le ciel est trop vaste. trop haut.Trop d'énergie dépensée pour l'apprivoiser- sais-tu ce qu'il en coûte de roubles et de forces déployées pour faire monter un aéronef à trente mille pieds?Car mieux qu'un passé glorieux, ce ciel bien plus encore reste l'avenir. Tous se sont jetés dans sa gueule de vent depuis soixante ans. tous ont voulu le rejoindre, le posséder. tous l'ont voulu. Il scintille d'évidence, comme une perle d'avenir. Une perle de pouvoir, militaire, commerciale ( ...)regarde maintenant ce qu'on ne peut pas voir, Génia! Ce ciel! Ce ciel! De la même manière qu'il est parcouru de traînées blanches des réactions, il l'est désormais d'ondes et de fréquences. de radars, de radios.strié, divisé (...) Alors laissons-leur, ce ciel plein à craquer, mon ami. Nous volerons, nous, à ras de terre ( ...)

 

 Une lune intense dans la nuit inondait le tableau vide de la toundra, et le froid dans mes phares polissait chaque forme de cette steppe dormante en lumineux arcs de givre. Installé dans le dépouillement sec du cockpit, suspendu, je traversais la nuit;Incroyablement bien je te l'assure. Je volais. Poussant la machine ainsi que nous l'avions convenu. Attentif à chaque signal, à chaque avertissement caché, le long de ce ruisseau de glace que la crue clarté transformait en diamant pur. Chaque éclat jeté dans les projecteurs, devant le nez de la machine, me portait un peu plus vers l'avant. Chaque scintillement, chaque miroitement lancé se développait au dessus du sol, en une chimie achevée pour venir renforcer la lame du vent qui me soutenait ( ...)

Bravo à toi capitaine et merci pour ce voyage

 

Lire aussi cet article dans next Libé

11 mars 2013

Printemps des poètes

 

 

Dans le cadre du Printemps des poètes,

et autour de l'exposition peinture et poésie "Le livre pour sortir au jour" de Magali Mélin et Jean-Baptiste Cabaud, coup de projecteur sur les Éditions Le Pédalo Ivre

et leur Collection Poésie dirigée par Frédérick Houdaer.

 
Cela se déroulera en entrée libre et autour d'un buffet
à 20h,
le lundi 11 mars 2013,
à la Galerie L'Oujopo,
dans le 6ème arrondissement de Lyon.

À l'honneur, lors de cette soirée, 
les auteurs
Thomas VineauJean-Baptiste Cabaud & Magali MélinGrégoire Damon

seront accompagnés par
Samantha Barendson, Béatrice BrérotDavid Champey et Frédérick Houdaer.

05:23 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean baptiste cabaud, magali mélin | |

09 août 2012

Les mécaniques

 

 

 

Entre prose lyrique et quatrains d’enfer, les mécaniques de Jean Baptiste Cabaud nous emportent au delà de l’urbain, au delà de l’humain où un ciel de lune (…) en tout lieu est menacé de ce que l’homme jamais ne relève la tête. Le poète part en campagne, laissant derrière lui une chambre bleue, usée de silence et de pénombre, de multiples villes  dans une drapure de brouillard, non sans réclamer, pourrait-on croire un bon verre ou vers  pour la route :

 Un dernier un ultime

Un mot suivi d’un autre

Et m’étoiler dedans

On croise avec lui des bergères au pied des balançoires, un capitaine qui n’a jamais pris le large mais tangué tant et plus dans les rues de Lyon, un dandy nommé Nino Ferrer, allongé au sol du sud sous des cèdres bleus, des souvenirs d’amour ou d’amitié qu’il a fallu laisser car il faut partir encore l’espace est si grand /parcourir encore  le temps est si long

A tu et à toi avec la mélancolie, J.B. Cabaud  ne craint pas cependant de parler  ni des arbres ni des oiseaux, ces grands déserteurs de la poésie contemporaine. Il ne veut pas pas renoncer au monde même dans ce bruit de verre brisé d’une jeunesse écriée plutôt que pleurée.

Et qui renait de qui

Quand le vin se dissipe ?

L’eau métamorphosée

N’engloutit plus personne

Au fond d’une rivière

Où je m’étends en croix

Demi-corps envasé

Envasé mais christique

Ici est la magie

Insolente et cachée

Dans le pouvoir du verbe

Et du pain et du vin.

On devient lyrique des lors que la vie à, l’intérieur de soi palpite à un rythme essentiel nous disait Cioran. Avec Jean Baptiste Cabaud, jeune poète bien vivant, nous sommes dans le tempo et le lyrisme d’une génération que semblent vouloir défendre les éditeurs d’A plus d’un titre;

 

Paola Pigani

 

 

Jean Baptiste Cabaud

Les mécaniques  éditions  A plus d’un titre

 

 

 

jean baptiste cabaud

12:46 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean baptiste cabaud | |