Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 août 2017

Fenêtre à écrire

fenêtre à écrire.jpg©paolapigani

 

 

Quelques pages écrites aujourd'hui  à la bibliothèque de la Part Dieu si loin de ces  paysans qui se repeuplent dans mon roman en cours.

  

22:29 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | |

La dernière fois que j'ai pleuré au cinéma

 

parceque les vaches ça meurt pas, ça crêve

et les petits paysans ...

13:19 Écrit par Paola Pigani dans Des films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : petit paysan, hubert charuel | |

27 août 2017

Retenez moi

©paolapiganiDSC_0164.jpg

 

 

 

 

Derrière des choses simples je me cache, pour que vous me
trouviez ;
si vous ne me trouvez pas, vous trouverez les choses,
vous toucherez ce que ma main a touché,
les traces de nos mains se joindront l’une à l’autre.
La lune du mois d’août brille dans la cuisine
comme un pot étamé (pour la seule cause que j’ai dite)
elle éclaire la maison vide et le silence agenouillé de la maison –
le silence est toujours agenouillé.
Chaque mot est un départ
pour une rencontre – annulée souvent –
et c’est un mot vrai seulement quand, pour cette rencontre, il insiste.

Yannis Ritsos Parenthèses

08:28 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yannis ritsos | |

24 août 2017

Labours urbains

 

 

 

labours urbains.jpg©paolapigani

 

 

 

Je regardais cette béance à ma fenêtre
De minables labours urbains

Où plus rien ne respirait 


Les gravats avaient été raclés 


Pendant des jours, l'excavatrice avait rugi

Renvoyant une poussière putride

À la barbe du soleil et des badauds 

Qui traînaient leur misère d'yeux

Sur ce chantier d'été

Comme eux j'avais  reçu de la poussière 

 Dans les poumons et sur la peau
On avait partagé les mêmes ruines

 La même vacance


Fichée sur un cadavre aplati

 La peur de ce qui allait pousser là

Entre le souvenir de l'arbre

Et le rêve d'une tour de quinze étages

Un gros cœur battait déjà dans le plein midi translucide


Demain il y aurait trop de fenêtres où se pencher 

 

11:46 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : villeurbanne, chantier d'été | |

21 août 2017

Eclipse lunaire du 21 aout

aube à saint ex.jpg©paolapigani

 

 

Je n’attendrai pas l'heure de l'éclipse 

je préfère rester là à plisser les yeux

sur la magie d'une grue

à l’aéroport saint Exupery

le temps de rater mon avion

10:44 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eclipse lunaire, grue | |

17 août 2017

Température estimée aujourd'hui à Lyon 33 degrés

 

 

 

recherche chambre froide

peinte à la chaux ou à l'oubli

si possible avec fenêtres  à deux vantaux

115/125/135 x 100 ou 120 cm

pour voir venir le bel automne

 

10:45 Écrit par Paola Pigani dans Musique, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : balmorhéa, lyon | |

14 août 2017

La confédération paysanne fête ses 30 ans en Charente

 

 

 

Dans ma Charente natale où les paysans travailleurs ont été très actifs dans les années 70, aura lieu du 18 au 20 août la fête d'anniversaire des 30 ans de la Confédération paysanne  sur la commune d'Alloue ♣ à quelques kilomètres de Cellefrouin où j'ai grandi.

Le programme est ici

 

 

♣ Alloue viendrait du mot gaulois alauda signifiant alouette.

 

" En 1973, Yves Manguy participe à la création des Paysans travailleurs en Charente. En 1987, suite à des assises paysannes qu’il coanime, il se retrouve porte-parole d’un nouveau syndicat fédérant les Paysans travailleurs et la Fédération nationale des syndicats paysans: la Confédération paysanne. Il ne voulait l’être qu’un an, il l’a été deux. Yves Manguy est de tous les combats contre le productivisme, contre la mainmise de l’industrie sur les semences. En 2008, il fait partie des 30 paysans, avec José Bové, qui font la grève de la faim à Paris contre le maïs OGM. "Le défi des trente prochaines années? Celui de la terre. Il va falloir trouver le moyen de mettre fin à la spéculation." Une nouvelle lutte dans laquelle il s’engouffre déjà.( La Charente Libre  le 14 août 2017).

Son frère Félix  ami de mon père Lino Pigani a été très actif également  sur la commune de Cellefrouin . Je  le remercie pour sa générosité et son amitié indéfectible envers notre famille.

parc maison.JPG

Cellefrouin.jpg

Charmille.jpg

                      les casternauds.jpg©paolapigani

13 août 2017

Des ordres chiffrés

 

 

 

 

 

 

Ce qu’il avait voulu toujours exprimer, voulu traduire d’ailleurs s’était dérobé à son approche. Il avait menti, il pouvait choisir ses mots avec une patience inlassable, les interroger sur leur sens caché, tous le trahissaient. Et l’horizon reculait sans cesse à travers le brouillard de la chaleur.

Mais il accepta cette preuve de faiblesse avec joie, presque. Il fallait qu’il en fût ainsi ; il devait ne jamais atteindre ce qu’il cherchait pour ne pas oublier qu’il avait à le définir : dans ce défaut même tenait la raison de son effort vers un savoir perdu.

(…)

Il haussa les épaules, alluma une cigarette, regarda la rue où chaque passant emportait avec lui, sans le savoir, des ordres chiffrés pour un destinataire inconnu.

Des ordres chiffrés dont quelques uns seulement, parmi des millions, rejoindraient ceux qui les attendaient. Comme l’avait rejoint lui, l’odeur des framboises révélant ce présent définitivement acquis sous la fuite apparente des saisons.

André Hardellet  La cité Montgol

 

 

 

hardellet©doisneau

 

18:16 Écrit par Paola Pigani dans Des livres, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hardellet, doisneau | |

11 août 2017

Amica

amica.jpg©paolapigani

 

 

 

Un coup de langue jamais n'abolira le hasard

 

 

 

18:15 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vache, mallarmé | |

10 août 2017

A travers les jalousies

A travers les jalousies.jpg©paolapigani

21:20 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | |