Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juin 2019

D'où viennent les poèmes?

etonnants voyageurs,yvon le men,daniel kay,emmanuel merle,claude ber,indovina,le coeur des mortels

etonnants voyageurs,yvon le men,daniel kay,emmanuel merle,claude ber,indovina,le coeur des mortels

06 septembre 2017

Six pieds sous terre la poésie

 

 

A l'entrée du parking Bellecour - Lyon presqu'ïle

 

une fresque réalisée par Manon Molesti durant le printemps des poètes en 2014

 

Extrait  d'un poème d'Indovina éditions la Passe du vent

 

Biolay, Manon Molesti, Indovina, Paola Pigani, La passe du vent, lyon bellecour

 

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "indovina  paola pigani"

 

 

08 juin 2016

prochaines rencontres en Saone et Loire et Côte d'or

 Afficher l'image d'origine

 

Une après-midi en compagnie de Paola Pigani. Rencontre littéraire à la médiathèque menée par Jean-Marc Brunier (Le Cadran lunaire), précédée d'une balade aux alentours de Ciry-le-Noble en compagnie de l'auteure.

Au gré des ruelles et des chemins, Paola Pigani lira des extraits de ses deux romans "N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures" et "Venus d'ailleurs".

Paola Pigani a grandi en Charente dans une famille d’origine italienne et vit aujourd’hui à Lyon. Son premier roman, N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures (2013), a été récompensé par plusieurs prix. Son deuxième roman, Venus d'ailleurs, est publié en août 2015.

Elle est également nouvelliste et poète. Son deuxième recueil de poésieIndovina est paru en 2014 aux éditons La Passe du vent. Elle anime un blog littéraire : La renouée aux oiseaux

Rencontre menée par Jean-Marc Brunier (librairie Le Cadran lunaire)

Un événement de la saison culturelle 2016 de la Bibliothèque de Saône-et-Loire, en partenariat avec la librairie Le Cadran lunaire et la Bibliothèque de Ciry-le-Noble.

 

 

Samedi 11 Juin 2016

 

16 h Accueil (médiathèque)

16 h 30 Départ de la balade littéraire (retour prévu vers 18 h)

18 h 30 Rencontre avec Paola Pigani à la médiathèque


(Entrée libre)

Renseignements / Réservations :

BDSL : 03 85 20 55 71 ou bdsl@cg71.fr

Bibliothèque de Ciry-le-Noble : Bibliothèque de Ciry-le-Noble - Rue André Pautet - 71420 Ciry-le-Noble

Tél. : 03 85 79 05 13

 

 Afficher l'image d'origine

 

 

 

Dimanche 12 juin

11h cour de Flore

rencontre avec Arthur Frayer-Laleix et Paola Pigani

auteurs de Dans la peau d'un migrant et Venus d'ailleurs

21 mars 2016

Un gout d'orge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Place Gabriel Peri

Place des hommes debout

Place du Pont

 

Izaac

Dans les bras de sa mère

Un sommeil d’enfant

Posé dans la rue

 

Une pièce qui tombe

Dans le gobelet en plastic

Où rien ne tinte

 

Une seule pièce vite engloutie

entre les seins de la mère

 

Au premier étage du Mac Do

Un garçon vient me rejoindre

Sous l’oeil d’une caméra

vissée à l’angle

Bonjour Maman achète moi

quelque chose à manger

Mon café a un goût d’orge

 

 

Je n’ai rien mangé depuis hier.

Je lui donne une barre de céréales quelques euros

S’il te plait Maman, t’as pas un ticket restau ?

Je dis non.

Je dis non à ses yeux noirs

Rouges autour.

Il dit Merci Sara que Dieu protège tes enfants

 

Des hommes écrasent leur ombre contre le mur d’en face

suivent le mouvement du tramway rue de Marseille

Mon printemps a un goût d’orage

 

 

 

Indovina. La Passe du vent

09:40 Écrit par Paola Pigani | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : indovina, la passe du vent, paola pigani | |

22 novembre 2015

prochaines rencontres en Franche Comté

 

 

 

Une semaine en Franche Comté dans le cadre des petites fugues

http://www.lespetitesfugues.fr/

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "besançon"

28 juin 2014

Sono nata oggi

 

 

Sono nata oggi

 

Sono nata oggi

Ho l’età della luce

 

Ho l’età della luce

Che scende sul fiume

 

Ho l’età della luce

Che scende sul fiume

 

Ho l’età della luce

Che scende verso il mare

 

Che risale ai  tuoi piedi

 

Sono nata oggi

 

Ho l’età della luce

Che scende sul fiume

Che scende verso il mare

Che risale ai tuoi piedi

 

 

 

 

06:33 Écrit par Paola Pigani dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : indovina, la passe du vent | |

21 mai 2014

Prochaines rencontres à Chambery

 

 

Trois jours de rencontres avec des collégiens, lycéens, détenus et auteurs sélectionnés par ce 27ème festival du premier roman:

 

 

www.festivalpremierroman.com/
 

30 mars 2014

Indovina

 

 

Paola PIGANI : Indovina suivi de Ailleurs naît si vite

Editions La Passe du vent – 10 €

 

Remarquée par son roman N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures (éd. Liana Levi, 2013), Paola Pigani publie un premier recueil de poèmes sous le signe de la révolte,  Indovina, (l’) indignée ! Petites scènes de rue, instantanés urbains quotidiens, choses vues ici ou là se succèdent et composent une chronique de la difficulté d’être, d’aimer et de survivre, dans une société qui doute de ses valeurs, marginalise, exclut, brutalise les plus démunis, se détourne de ce qui dérange, se défie de l’altérité. Ce n’est ni sur le mode de la compassion ni sur celui de la rhétorique démonstrative qu’elle témoigne mais avec son regard et sa parole fraternelle de poète, s’attachant à décrypter les signes furtifs et les gestes infimes du vivant. C’est donc au présent que s’ouvre ce recueil : « Je suis née aujourd’hui / J’ai l’âge de la lumière. »

L’auteure dit d’abord son rapport fusionnel au monde des grandes cités, de Lyon à New York, Rome et Venise. Elle énonce ses émotions, sans nostalgie ni vague à l’âme, plutôt avec une sensualité ardente : « J’embrasse le fleuve / Qui court sur l’échine de la ville / Je quitte les berges / Je suis l’onde des rues... » Le regard sur la réalité abrupte n’édulcore rien, va droit au point de rupture, à la violence de l’asservissement social : « Tes yeux s’enfoncent là où / L’ouvrier turc casse l’asphalte / Au marteau piqueur... » Quant aux déracinés perpétuels, les migrants sans droit d’asile, leur évocation prend parfois des accents baudelairiens : « Regards bleus noirs / Grands corps ballants / Marcheurs à contretemps / Dans les vêpres urbaines / Ils sont là / pour larder le visage de la ville / N’ont que leurs ombres à rassembler / Fripés d’un soleil inconsolable / Nous mendions à les voir / Des réponses à nos obscurités. » Une vision sordide, répugnante, paradoxalement s’humanise, antidote à l’indifférence qui stérilise les âmes, assèche les cœurs : « Immobile sous l’orage [...] la pluie lui fait un visage d’acteur américain / Son t-shirt jaune est trempé / Ses épaules tremblent / Ses jambes aussi / d’où s’écoule une rivière de merde /Il est grand il est seul / Avenue Jean-Jaurès / En composant le 112 / il y a toujours moyen de faire ramasser / un ange déchu / sur le lisier d’une ville. » Rédemption du réel insoutenable par le poème !

L’amour se joue dans l’écriture sur des ellipses, avec crudité et délicatesse, toujours avec la justesse et la vérité des sentiments : « Je voudrais te lire / entre mes lignes / sentir tes silences / dans mes poches et ton corps / pour écraser ce temps... » Les images dans leur sobriété picturale confèrent à certains poèmes une tonalité érotique gourmande, voire solaire : « A bout de blanc / A bout de bleu // L’été s’écrase contre nos corps // seuls nos baisers de houblon / nous donnent une idée de la faim. » Paola Pigani tresse aussi le grand corps des villes aux corps amoureux qui s’étreignent : «  L’espace mourra entre nos corps / mordus dans l’ivresse / il y aura des ponts à traverser / des iles oubliées en plein fatras de la ville. »

La voix singulière de Paola Pigani est de celles qui s’imposent à la première lecture...

 

 

                                                                                                 Michel MÉNACHÉ

 

A paraître dans la revue Coup de Soleil- Maison de la poésie d'Annecy

03 mars 2014

Dernière parution Indovina

 

 

 

 

Indovina

SUIVI DE AILLEURS NAÎT SI VITE

Auteurs : Pigani, Paola

collection :

date de parution 03/2014

ISBN : 978-2-84562-244-9

84 p. / 14x22 cm / 10 €.

L’écriture de Paola Pigani échappe à toutes les modes actuelles. 
Elle situe son travail d’écriture loin des courants qui traversent la poésie contemporaine. Une traversée du monde réel, social, s’impose à elle à chaque nouvelle page écrite.

Extrait : 
L’âge de la lumière

Je suis née aujourd’hui 
J’ai l’âge de la lumière

J’ai l’âge de la lumière 
Qui descend sur le fleuve

J’ai l’âge de la lumière 
Qui descend sur le fleuve

Qui descend vers la mer 
Qui descend vers la mer

Qui remonte à tes pieds

07:43 Écrit par Paola Pigani dans Des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la passe du vent, espace pandora, indovina | |