Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2018

étonnants voyageurs

Vélibor.jpg

00:59 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | |

23 mai 2018

Impossiblement réelle

 

 

Rua Lisboa (1).jpg

 

 

Fenêtres de ma chambre,
de ma chambre dans la fourmilière humaine unité ignorée
(et si l’on savait ce qu’elle est, que saurait-on de plus ?),
vous donnez sur le mystère d’une rue au va-et-vient continuel,
sur une rue inaccessible à toutes les pensées,
réelle, impossiblement réelle, précise, inconnaissablement précise,
avec le mystère des choses enfoui sous les pierres et les êtres,
avec la mort qui parsème les murs de moisissure et de cheveux blancs les humains,
avec le destin qui conduit la guimbarde de tout sur la route de rien.

 

Fernando Pessoa

23:08 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lisboa, pessoa | |

20 mai 2018

saint Malo

des pas et des ombres.jpg

00:56 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint malo | |

16 mai 2018

Prochaine rencontre à Saint Malo

 

 

 

 

 

arton22475-c9868.png

Les auteurs :

 

festival etonnants voyageurs,insa sané,paola pigani,venus d’ailleurs,velibor Čolić,wilfried n’sondé

 

 

UNE JOURNÉE LYCÉENS ET APPRENTIS DE BRETAGNE : VENDREDI 18 MAI

Entre deux mondes : exil, exode et migration

Un thème fort qui accompagne depuis toujours le festival et qui guidera cette année les lycéens et apprentis. Écrire la migration, l’exil, la perte de soi, la double culture… Nombreux sont les écrivains de langue française qui choisissent de mettre en scène une identité plurielle « entre-deux mondes ». Souvent car ils ont eux-mêmes subi ou choisi l’exil. Les auteurs invités disent cet entre-deux, le télescopage des cultures, des langues, l’expérience de l’exil – et la force alors du roman, pour habiter l’inconnu du monde, lui donner forme et visage.
Cette année encore, une belle aventure pour appréhender le monde avec Étonnants Voyageurs.

Après s’être plongées dans la lecture d’un des quatre romans au programme, 30 classes bretonnes se donnent rendez-vous le vendredi 18  mai à Saint-Malo pour présenter aux auteurs leur carnet de bord, et passer une journée passionnante !

 

14 mai 2018

Mettre les voiles

Mettre les voiles.jpg

J'hésite entre me payer une toile  avec Ravier Bardem

aller voir mes amis à Vénissieux 

où mettre les voiles 

en  forêt

mes traces dans les arbres.jpg

05 mai 2018

Ciel de Flandre

 

 

 

 

ciel de Flandre.jpg

 

 

Les sabots d'un chevreuil dans la boue de l'aube

les tourterelles turques sous mes fenêtres

l'encre tiède des jacinthes

le ciel de Flandre

le défi de vivre

 

19:59 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : résidence d'écriture, le mont noir, flandre, vivre | |

04 mai 2018

Merci

résidence marguerite Yourcenar

 

 

 

 

Merci aux milliers d'ailes qui ont agité mon sommeil et mes pages.

Merci aux élèves, à leurs professeurs et documentalistes des collèges et lycées

de  Bailleul, Sin Le Noble, Dunkerque, Douai, Grande Synthe.

Merci à l'équipe de la Villa Marguerite Yourcenar.

Merci à mes colocataires gourmands et passionnants.

Merci aux arbres du Mont Noir, aux sources et aux salamandres cachées .

 

 

résidence marguerite Yourcenar

18:20 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : résidence marguerite yourcenar | |

02 mai 2018

Revenir

Arbre géant.jpg

 

Suis-je vraiment revenue du Mont Noir?

Les oiseaux ne m'ont pas facilité l'écriture . Pire ou mieux , ils l'ont ralentie, ébaudie, chahutée, et tout cela avec les arbres, le vent, la pluie, la petite Marguerite , l'a encore nourrie, abreuvée, désordonnée, travaillée jusqu'à douter de tout, jusqu'à aimer ce Tout.

le mont noir

 

29 avril 2018

Le chant des autres

 

 

 

Ne pas nommer les créatures

descendre dans la même gorge

Ici je suis captive heureuse

les oiseaux me tiennent à leur merci

A l'aube déjà

ils m'encordent

je lâche mon fil d'écriture

je dois les écouter 

je pourrais les gronder de me déporter ainsi

leur en vouloir

A cause d'eux, je déraille, je déparle, je m'évite, je m'invente

je repars vers une contrée nouvelle en passant par ma contrée de naissance

Les arbres de là-bas étaient égaux dans l'inconnu

Les arbres d'ici, j’apprends à les nommer

Sur mon  territoire d'enfance, j'ignorais la limite des mots

Tout pouvait être silence, page blanche.

Ici sur le Mont Noir, je n'ai pas le choix: écrire

Même si le chant des autres est le plus fort..

 

 

lampla (11).JPG©d.lampla

23:13 Écrit par Paola Pigani dans Poésie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : villa marguerite yourcenar, le mont noir | |

25 avril 2018

Cet hiver en résidence

 

 

 

http://depurefiction.fr/blog/pigani/