Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juin 2019

Saint Malo - Paris

rivage saint Malo.jpg©paolapigani

la tête renversée dans un sommeil de chemin de fer

il s'adonne au poeme

sourit aux anges aggripés à sa barbe

le silence dans le wagon se remplit de sel

d'horizon refoulé

le vent la mer brassent  encore des mots

des vagues agitent ses paupières

jusqu'à briser la petite nuit qu'il s'offre

pour échapper aux étonnants voyagageurs

laissez-le tranquille

 

11 juin 2019

A Saint Malo

la mouette de saint malo.jpg

 

 

 

Désolée , je n'ai  pas eu le temps de bailler aux corneilles ni de causer avec cette bellle mouette

venue me réveiller  trés tôt

le festival Etonnants Voyageurs

c'était trois jours de sel , de vent, de poésie, de grains de folie meulés au sarrazin, de fatigue et d'ivresse...

et le plaisir  de retrouver quelques auteurs aimés.

15:41 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

06 juin 2019

Les coquelicots s'inclinent à peine quand la mort rouille

coquelicots au cimetière.jpg

07:38 Écrit par Paola Pigani dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

05 juin 2019

Prochaines rencontres à Saint Malo avec Des orties et des hommes

 

des orties et des hommes,jil silberstein,serge joncour,robin mac carthur,fang fang,catherine poulain

 

À l’occasion du festival Etonnants Voyageurs, du 8 au 10 juin , retrouvons-nous à Saint Malo.

 

Samedi 8

 

16h, Magic Mirror 1 Café littéraire « Mondes perdus » avec Jil Silberstein, Serge Joncour

17h15 –  dédicaces

Dimanche 9

11h -12h30 dédicaces

14h, Univers Grande Salle « Famille » avec Robin Mac Carthur, Fang Fang – animé par Claudine Glot

15h30 –  dédicaces

Lundi 10

11h -12h dédicaces

14h, Maison du Québec « La fin d’un monde » avec Catherine Poulain – animé par Elise Lépine

 

Ce 4 juin avec André Bucher

andré.jpg©paolapigani

 

 

 

 

Il est des gens que le bonheur grise, moi il m'inquiète. C'est compliqué d'être simple.

André Bucher

 

 

 

Si heureuse de partager cette fabrique de l'écrivain avec lui que j'ai pris plus de temps à l'écouter qu'à parler mais ça valait le coup, n'est-ce pas?

15:29 Écrit par Paola Pigani dans Agenda, Des livres | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : andré bucher, la fabrique de l'écrivain

Prochaine rencontre au Marché de la poésie à Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec les éditions La passe du vent  à Paris

pour la 37e édition du Marché de la Poésie.


Retrouvons-nous au stand 423 vendredi 7 juin où je signerai Le Coeur des mortels

 

 

 

Prochaine rencontre à Saint Malo avec La Passe du vent

 

 

 

 

À l’occasion du festival Etonnants Voyageurs, retrouvez La passe du vent à Saint-Malo, Bretagne, France du 8 au 10 juin !
Venez découvrir ou redécouvrir nos publications mais aussi rencontrer nos auteurs sur le stand.

---
Programme :

SAMEDI 8 JUIN 16H30 :

Avec Daniel Kay, Emmanuel Merle, Claude
Ber, Paola Pigani, Yvon Le Men
►Lun. 15h45, Salle Sainte Anne


Information et tarifs : https://www.etonnants-voyageurs.com/

---

▶ Étonnants Voyageurs

Depuis 1990, le festival Étonnants Voyageurs se tient chaque année à Saint-Malo et réunit 300 écrivains, cinéastes, photographes, musiciens du monde entier pour 3 jours de rencontres dans 28 lieux à travers la ville. Plus de 300 débats, cafés littéraires, lectures, 10 expositions, 100 films projetés.

---

▶La passe du vent

Avec ses recueils de poèmes singuliers, ses textes parfois inédits, ou rares, du passé, et surtout ses œuvres actuelles ouvrant le champ de la réflexion et de l’imagination, La Passe du Vent entend tisser des liens, au-delà des courants ou des querelles esthétiques, avec ses formats adaptés aux traits et aux caractères de chacune des disciplines touchées : littératures contemporaines, histoire, patrimoine, mouvements sociaux, mémoire commune, arts visuels, action culturelle, éducation artistique ou populaire.

14:04 Écrit par Paola Pigani dans Agenda, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la passe du vent, le coeur des mortels

31 mai 2019

Prochaines rencontres en juin

 

Des orties et des hommes,librairie La Licorne  Bruxelles,librairie des thés Surgères, librairie Calligrammes La Rochelle, librairie L’arbre à mots  Rochefort,L’Autre librairie  Angoulême,Le coeur des mortels, paola pigani,

La tounée des orties et mortels au temps des cerises, c'est parti!

Direction Paris, Bretagne , Belgique et 

Nouvelle Aquitaine 

 

 

 

  • Le 7 juin au marché de la poésie , place Saint Sulpice à Paris,
  • Du 8 au 10 juin au festival Étonnants voyageurs,
  • Le 11 juin à la librairie La Licorne à Bruxelles,
  • Le 12 juin à la librairie des thés à Surgères,
  • Le 13 juin à la librairie Calligrammes à La Rochelle,
  • Le 14 juin à la librairie L’arbre à mots à Rochefort,
  • Le 15 juin à L’Autre librairie à Angoulême,

 

 

Plus de détails dans les jours à venir.

 

28 mai 2019

le coeur des mortels au milieu Des orties et des hommes sur les ondes de Radio Canuts

 

 

un grand merci à Carole Bijou et Mathieu

 

 

https://blogs.radiocanut.org/lapoesiedebouche/2019/06/10/...

 

 

26 mai 2019

Des orties et des hommes dans la presse

 

Dans L'Humanité du 23 mai 2019. Merci à Sophie Joubert!

 

des orties et des hommes, l'humanité , sophie Joubert

 

 

 

 

Le chant de la terre
et l’adieu à l’enfance

 


À travers le regard d’une adolescente d’origine italienne, Paola Pigani observe
l’étranglement du monde paysan dans les années 1970.
DES ORTIES ET DES HOMMES
Paola Pigani
Liana Levi, 304 pages

Sa grand-mère, Nonna, lui a appris à cueillir les
orties « à mains nues sous les feuilles » et à les
mélanger au maïs pour concocter un brouet de
sorcière qui nourrit les poules. Sur cette
terre rude de Charente, où rien ne doit
se perdre, Pia grandit dans une ferme entre
ses trois soeurs, son frère et ses parents
d’origine italienne. Comme le dit Luc,
l’ami du père, communiste, les agriculteurs
vivent de la «polymisère », peinant à
joindre les deux bouts en combinant l’éle¬
vage et le travail de la terre. Avec sa copine
Laure, Pia part en expédition à la « grotte
des enfants sauvages », dévale la côte à vélo
après avoir bu du vin de noix en cachette. Proche
de la nature, elle navigue entre deux mondes : d’un
côté les travaux de la ferme, de l’autre l’école, « les choses
de l’ordre ». Bientôt, Pia ira en pension chez les religieuses,
où sont déjà allées ses sœurs : Dora, l’aînée, et Valma, la
fugueuse indomptable.
L’auteure restitue le parfum d’une époque
Roman d’apprentissage porté par une écriture rugueuse
et poétique, Des orties et des hommes saisit les boulever¬
sements du monde paysan dans les années 1970. Dans
cette décennie de modernisation et de crise, les agricul¬
teurs sont soumis aux règles de la politique agricole
commune et aux contrôles sanitaires qui peuvent ruiner
leur exploitation. Dans la ferme voisine, le père de Joël,
le bossu, perd tout dans un incendie. Les parents de Pia
sont étranglés par le prêt contracté pour la construction
d’une maison neuve.
À travers les yeux de Pia, qui franchit la frontière de
l’enfance à l’adolescence dans ses Clarks rafistolées, Paola
Pigani restitue le parfum d’une époque : les shows télé¬
visés des Carpentier, le Benco du petit déjeuner, les
bombes de laque Ellnett, que les enfants faisaient
exploser en guise de feu d’artifice. C’est
aussi la solidarité avec le Larzac, l’enga¬
gement du père auprès du mouvement des
Paysans travailleurs, ancêtre de la Confé¬
dération paysanne.
Née en Charente dans une famille d’immi¬
grés italiens, l’auteure raconte aussi les
conséquences de l’exil sur trois générations,
l’inguérissable mélancolie du grand-père,
qui émigra d’abord en Belgique, les mots d’italien
surgis des chansons et des colères du père, l’irré¬
pressible envie de Pia d’aller découvrir le pays des origines.
Après un premier voyage initiatique, elle quittera défini¬
tivement sa famille pour aller s’installer à Trieste, ville
frontière et bout du monde. «Là-bas Je saurai m ’ approcher
d’un littoral inconnu, me jeter dans cette langue tue, celle
que Nonna, Ermacora et les parents ont retenue comme les
chevaux fous de Pacoupour ne pas qu’ elle affole les souve¬
nirs », écrit Paola Pigani. L’adieu de Pia à son enfance est
d’abord une rencontre avec les mots, la découverte de la
langue secrète et sauvage qui la liera à jamais à ce monde
en train de disparaître. «

 


SOPHIE JOUBERT