Guillevic 2016linoines la renouée aux oiseaux UA-98678848-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juillet 2020

Des orties et des hommes dans la presse

 

franck mannoni des orties et des hommes,paola pigani,éditions liana levi

Un grand merci à Franck Mannoni pour cet article

paru dans le dernier numéro ( juillet-aout 2020) du Matricule des anges.

 

Un dimanche à la campagne   
 
PAOLA PIGANI REDONNE SES LETTRES DE NOBLESSE AU ROMAN SOCIAL EN RACONTANT
LE RUDE PARCOURS D’UNE FAMILLE PAYSANNE DANS LES ANNÉES 1970.
 
Comme déjà entrée en nostalgie,
Pia, une enfant, narre son
quotidien dans la ferme familiale
en Charente. Avec ses
phrases, pleines de « on » et de mots mêlés,
elle regarde, fascinée, ces adultes travailleurs.
Pour elle, le moindre événement se
transforme en récit merveilleux. Dès les
premières pages, le style de ce récit bucolique
emmène le lecteur vers un monde
oublié. De manière très originale, le phrasé
de Pia changera, suivra son évolution vers
l’adolescence. Pour l’heure, il s’agit encore
de donner de l’importance aux petites
choses : « Ecouter derrière la fenêtre les
vaches meugler, la trayeuse dans l’étable,
écouter l’eau bouillir, le clapotis de la
polenta ». Les thèmes attendus de la saga
d’un clan et de la vie au grand air sont bien
là : la rudesse des travaux, la bonté des
habitants, l’injustice des intempéries…
Certains passages rappellent les leçons de
choses d’antan et les livres de lecture :
« Après le travail, on finit par laisser les
pierres en tas au bout du champ, sans regret.
Papa et Adamo viendront les chercher avec
la remorque ». Cet univers a quelque chose
d’immuable, que la modernité et la technologie
ne parviennent pas à perturber. Un
effet renforcé par l’histoire tragique de ces
fermiers immigrés italiens, dont les
premiers représentants arrivent en France
après la Seconde Guerre mondiale. Les
grands-parents sont là, avec la nonna, la
grand-mère, « qui lit la vie des saints au
bord des prés ». L’occasion de rendre un
hommage vibrant à cette langue italienne
amenée à se perdre de génération en génération.
Moins présente chez les parents, elle
s’efface chez les enfants : le français est
devenu la langue maternelle et, de ce point
de vue, leur intégration a réussi. Il ne reste
plus que quelques mots épars, qui viennent
colorer le propos : « porca miseria ! »
Pour s’élever socialement, il faut abandonner
une partie de ses racines, constate
Paola Pigani. L’écrivaine va toutefois au-delà
de ces considérations. Elle dresse un
véritable portrait sociologique des exploitants
agricoles. Au fil des années, le métier
est corseté par les avis d’experts. Les machines
améliorent la productivité, mais
imposent leur rythme de travail. Les progrès
sont réels, mais balayés par la sécheresse
de 1976 qui ravage les monocultures.
Les méthodes apprises par le fils Adamo au
lycée agricole atteignent leurs limites. La
révolte gronde et les syndicats réagissent,
comme les Paysans travailleurs de Bernard
Lambert. La vie aux champs se politise. Jamais
toutefois Paola Pigani ne se départit
de son fil narratif. Pia reste à la manoeuvre
et raconte ces bouleversements qui s’entrechoquent
avec ses préoccupations adolescentes.
La vie au pensionnat, les
allers-retours de la ville à la ferme scandent
ses semaines. Le tout dominé par une prise
de conscience : « Je voudrais qu’il y ait sur
nos chemins et jusqu’au ras des villes des orties
et des hommes qui s’agrippent à nos rêves
éboulés, au souvenir de nos terres travaillées,
de nos terres en jachère, de nos terres rêvées,
même sauvées d’une décharge ou d’une sécheresse
». Un appel émouvant qui invite à
la sauvegarde de l’histoire paysanne et incite
au respect de l’environnement.
Franck Mannoni
Des orties et des hommes, de Paola Pigani
Liana Levi, « Piccolo », 320 pages, 11 €
 
 
 
 

01 juillet 2020

Prochaine rencontre à Villefranche sur Saône

 

le coeur des mortels,indovina,des orties et des hommes,la passe du vent,paola pigani,mohammed el amraoui,librairie des marais,la vague des livres,le hangar 717,la renouée aux oiseaux,éditions la boucherie littéraire,éditions liana levi,villefranche sur saone

 


                                       

                               L'association La Vague des livres, partenaire de ce week-end invite

   Mohammed El Amraoui  et Paola Pigani

 

Samedi 4 juillet



16 h: Sieste littéraire en compagnie de Paola Pigani

18h : Lecture croisée avec Paola Pigani et Mohammed El Amraoui


Ces deux auteurs dédicaceront au cours de l'après-midi leurs livres sur le stand de la Librairie des Marais.

Bienvenue à tous

 

Au Hangar 717 (717 rue de Thizy, Gleizé-Villefranche) dans le cadre de l'exposition "Autour du livre".

La librairie des Marais sera présente samedi 4 et dimanche 5 juillet 
Une sélection de livres sera présentée à cette occasion.

 

 

la renouée aux oiseaux,le coeur des mortels,indovina,des orties et des hommes,éditions la bouchrerie littéraire,la passe du vent,liana levi,paola pigani,mohammed el amraoui,librairie des marais,la vague des livres,le hangar 717

la renouée aux oiseaux,le coeur des mortels,indovina,des orties et des hommes,éditions la bouchrerie littéraire,la passe du vent,liana levi,paola pigani,mohammed el amraoui,librairie des marais,la vague des livres,le hangar 717la renouée aux oiseaux,le coeur des mortels,indovina,des orties et des hommes,éditions la bouchrerie littéraire,la passe du vent,liana levi,paola pigani,mohammed el amraoui,librairie des marais,la vague des livres,le hangar 717la renouée aux oiseaux,le coeur des mortels,indovina,des orties et des hommes,éditions la bouchrerie littéraire,la passe du vent,liana levi,paola pigani,mohammed el amraoui,librairie des marais,la vague des livres,le hangar 717

03 juin 2020

Des orties et des hommes en poche

 

 

A partir de demain , vous trouverez dans toute bonne librairie indépendante

Des orties et des hommes en version piccolo! 

 

Desorties-Pic

 

Et un bel article sur  Baz 'Art le webzine 100/100 culture que je remercie vivement :

http://www.baz-art.org/archives/2020/04/28/38231755.html

 

 

 

 

 

 

 

 

«La prose de Paola Pigani est à elle seule un hommage à la sensibilité et à la finesse que lui ont léguées les territoires rugueux de son enfance.» Le Monde
«Un hommage tendre et poétique à l’enfance en Charente et au monde paysan finissant.» La Croix

 

18 avril 2020

Quand une éditrice n'oublie pas ses auteurs-trices...

et nous offre une vitrine rideaux levés pour exposer nos favoris...

Grazie mille

 

https://www.instagram.com/p/B-_xd7LqQyw/

 

 

09 février 2020

Prochaine rencontre en Bretagne

 

Cette rencontre initialement prévue   le 12 décembre 2019 , jour des cheminots en colère a été reprogrammée pour le 14 février , jour des amoureux.

Qu'ils soient  nombreux et fous  comme les vagues  là-bas pour que vie et poésie demeurent  un mouvement incessant...

 

 

 

Se donner la main à travers nos poèmes

Je n’ai vu qu’un seul homme

 

En plein champ


Il était grand

 

Si grand


Adossé au ciel

 

Paola Pigani

08 février 2020

La renouée aux oiseaux sur Terre à ciel

 

 

Merci à Angèle Paoli pour son article sur le blog Terre à ciel:

https://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2020/01/paola...

 

 

01 février 2020

Prochaines rencontres en Charente

 

 

 

Jeudi
6
Février


15h00 - 18h00
Médiathèque intercommunale
8, rte de Montmoreau Blanzac
16250 Coteaux-du-Blanzacais


Renseignements : 0545613393
mediathequeblanzac@cdc4b.com
Entrée Libre


Paola Pigani, auteure, présentera son deuxième roman
« Venus d’ailleurs ».
Rencontre suivie d’une dédicace de ses romans
En partenariat avec le Service Départemental de la Lecture
Paola PIGANI
©Librairie des Halles, Niort

 

Vendredi  7 février

14h : Théatre   Un pays dans le ciel

au Logis du  Maine Giraud (maison natale de Alfred de Vigny)

 16250 Champagne-Vigny

15h30 : discussion avec le public

Soirée : spectacle et rencontres dédicaces

 

venus d'ailleurs, paola Pigani,  Un pays dans le ciel, La compagnie du veilleur

 

 

 

Teaser Un Pays dans le Ciel de Aiat Fayez, mise en scène de Matthieu Roy from Cie du Veilleur on Vimeo.

 

 

 

 

Samedi 8 février

Chasseneuil sur Bonnieure

 

 

 

médiathèque de blanzac,bibliothèque de chasseneuil sur bonnieure,charente venus d'ailleurs,paola pigani,un pays dans le ciel,la compagnie du veilleur

 

 

 

 

 

 

 

28 janvier 2020

Quelques jours à Metz

lycée hélene Boucher Thionville  janvier 2020.jpglycée de la communication Metz 24 janvier 2020.jpg 2.jpglycée hélène Boucher 23 janvier 2020.jpglycée de la communication 24 janvier 2020.jpg24 janvier Place saint Louis Metz.jpgMetz 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci aux élèves, enseignantes et documentalistes du lycée George de La Tour,  du lycée de la communication de Metz et  du lycée Hélène Boucher de Thionville.

Merci pour leurs lectures à voix haute, leurs créations visuelles, leurs questions, leurs poèmes, leurs sourcils froncés , leurs sourires...

Merci à l'association Lire à Metz et à leurs  charmantes accompagnatrices Hélène Pochard et  Nicole Becker.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20 janvier 2020

Prochaine rencontre à saint Cyr au Mont d'or

 

festi'mots,franck bouysse,valentine goby,antoine choplin,cécile coulon,alexis monniot,yannick chambre,natalia tolstaia milstein,serguei jr milstein,xavier llamas,paola pigani

Festimots

festival de lecture à voix haute

samedi 25 janvier à saint Cyr au Mont d'Or

 

Programme de la journée

11h

Présentation des auteurs par Danielle Maurel, journaliste littéraire.

Salle des Vieilles Tours

À partir de 14h les lectures sont d’une durée de 40 min, exceptée celle de Valentine Goby qui dure 1h15.

Ouverture des salles 15 min avant. Fermeture des portes à l’heure précise.

14h

Lecture de « Murène » par Valentine
Goby 

Accompagnée par Xavier Llamas (guitare, percussions, idiophones)

Salle des Vieilles Tours


15h15

Dédicace et rencontre avec Valentine Goby

Salle des Vieilles Tours

15h45

Lecture de « Né d’aucune femme » par Franck Bouysse et Monique Milliot

Accompagnés par Alexis Monniot au violon et par Alexandre Blanc au piano

Salle des Vieilles Tours

16h45

Lecture de « Des orties et des hommes » par Paola Pigani et Monique Milliot

Accompagnées par Alexis Monniot au violon et par Alexandre Blanc au piano

Ecole maternelle du bourg

16h45

Lecture de « Partiellement nuageux » par Antoine Choplin et Christine Brotons

Accompagnés au violon par Natalia Tolstaia Milstein et Serguei Jr Milstein

Salle des Vieilles Tours

17h45

Lecture de « Une bête au paradis » par Cécile Coulon et Marie Bunel

Accompagnées par Yannick Chambre à l’accordéon

Salle des Vieilles Tours

à partir de

18h30

Dédicaces et rencontre avec les auteurs autour d’un verre

Salle des Vieilles Tours

Un repas partagé avec l’équipe du festival et les auteurs est proposé à partir de 12h, salle de
la Source (10€).

Un espace buvette, avec petite restauration, est proposé également à partir de 13h30 sur le
parking des Vieilles Tours.


 

20 décembre 2019

Heureux comme un naufragé

pasolini pignon ernest.jpg

 

 

 

Un homme court dans le village endormi

L’écho de ses pas monte avec les brumes

Un homme traverse le matin

Sans l’ombre d’un doute

Pier Paolo cherche des lieux

Qui n’existent plus

Il s’approche des maisons vides

 croit voir Guido son frère assassiné

Mais c’est un cheval

Un oiseau

Un reste d’orage

Qui remuent dans l’herbe haute

Pier Paolo commence alors

Un nouveau voyage

Entre les rails de fonte

Et le sillage des nuages

Il court, il dévale

Les collines de Belluno

Il dévale son enfance

 

Il cielo fugge,

E un cieco fiume [1]

 

Guido si loin

Les champs escarpés

Les rues d’Udine

Les lions jaloux de Venise

Il court, il dévale

Jusqu’au ras du monde

Jusqu’à cette poitrine glabre

Qu’il mord de rage

Dans un rire d’amour

Sur le sable d’Ostia.

 

La fronte e la radice

Dei tuoi negri capelli

Sono lidi remoti,acque deserte .

Io li guardo affranto,

Felice, comme un naufrago[2].

 

[1] Le ciel fuit, c’est un fleuve aveugle

 

[2] Le front et la racine

De tes noirs cheveux

Sont des rivages lointains, des eaux désertes

Je les regarde épuisé,

Heureux, comme un naufragé.

 

 

 

 

Paola Pigani.  Un printemps sans vie brûle. Anthologie Pasolini. La Passe du vent. 2015